Le petit cheval

Publicités

Histoire de chaise

Cette manie de photographe:

« Tu montes et tu te cales sur la chaise »

Les p’tites bien en face du pied de l’appareil

Faut croire que trop petites

Elles n’entraient pas dans le cadre

Ou que sur le siège, elles devaient l’attendre.

L’attente latente intimide.

Mirliton

Crève cœur

Figés dans la pâte à papier

La gélatine brillante

De l’éclat du passé,

Ces témoins inconnus

Jamais ne se sont rencontrés.

Fixés. L’action est de ne pas bouger,

D’imiter une fumée

Qui rêve d’images

Comme un lent nuage passé.

Mirliton

Ombrella

°

Ombre blanche sur un fil

En mouton pomponné

                                    (S’ouvre à l’équilibre)

Cache un bout de nez,

Distribue les œillades

~

Et d’un geste distingué

Retourne se plier,

                                   (S’oblige à petits pas)

À la marche bridée

D’une robe resserrée.

~

Mirliton

À envisager

À envisager.

Toujours en difficulté pour la pose?

Je vous propose une carte où insérer votre visage.

Un visage souriant,

Maquillé,

Mine sombre, ténébreuse,

Insouciante, libellule, volubile….

Où vous pourrez enfin vous voir en peinture.

Collez’y donc votre face,

distribuez alentours

avec les compliments de:

#desertoccidental

Mélancolie

Mélancolique

Certains visages évanescents

Nous plongent dans des pensées hypnotiques.

~

Bien qu’une robe en toupie

Noire de volants évoque le deuil

& qu’un appui, une chaise vide,

Laisse la place du revenant;

~

Un regard, pareil

au portrait romantique d’Aline Chassériau,

inscrit dans l’ovale parfait de son visage,

Une langueur mélatonique.

~

Mirliton

À la manille muette

~

Un tabouret en coin de table

Au centre une fillette de rouge.

À la manille muette, on se tait.

~

Le dix est manille

L’as en manillon

Couper, surcoupe

Se défausse & compte.

~

Chacun figé dans la scène,

Le verre à la main,

Sabots légers , casquettes vissées,

Pare à l’atout.

~

~rare cdv vers 1860 pas de nom de photographe

L’explorateur

L’explorateur

~

Très jeune l’explorateur solitaire descendait les fleuves sur les cartes

Pour finir endormi par se perdre embourbé dans un bras de delta.

Il affirmait se laisser dériver à même le fond de cale

entouré de crocos inquiets, l’œil ouvert juste à la flottaison.

La lune l’éclairait pour qu’il puisse ressembler aux chromos

& la nuit finissait au matin en goût d’chocolat chaud.

~

Mirliton

Est-ce un crime?


Scène 1

~

La chaise se fait prier, un témoin principal gênant.

D’une main ferme, on se retient ensemble,

Sous un décor planté comme une apparition.

La table s’est éloignée, elle ne va plus parler.


Scène 2

~

La coquette défrise l’astrakan en bouclettes

& s’emmitoufle; la main en peigne lisse la fourrure.

Elle dissipe ainsi sa peur du noir, des loups &

Des histoires à croquer les petites des Carpates.


Scène 3

~

La chambre est terne & grise la pellicule.

Elle s’affiche dans un coin, renversante,

Noire de gants & projette son ombre,

Son corps survêtu se démasque surréel.

~

Mirliton

Zinc & guinguette 


Au zinc, à faire un rien grise mine,

La midinette médite le nez dans son vin.

Triste, noyant d’eau son anisette.

Un bel adonis sort clandestin 

Lucie hallucine, grimpe, bêle,

grince des dents, grimace.

Indécis, le dieu toujours déçu descend.

Imbécile, le traitre fuyant la dépasse,

Malpoli, irritant tournedos.

Le bel ado laissant là la belle

Sans son numéro d’appel, 

Sur sa faim, elle, le nie & le renie, l’irritant.


Mirliton pour La Desprée

L’oubli

20160214-045008 PM.jpg

Vers 1850 anonyme
Le sel sur le verre a déposé en ombres
l’éternel souvenir au nom maintenant perdu.
Un prénom au revers, quelquefois, un âge,
Sophie ou Eugènie, 18 ans dont personne se souvient
& qui reste égarée dans l’oubli des familles.

L’arrondi

20160127-032108 AM.jpg

La femme s’enrobe à demi,
Pince la taille, pique la guêpe,
S’arme de la cage aux baleines.
S’éloigne en un corps suspendu.

Ouvre la cage quand l’oiseau chante,
Perdu sous un fouillis de toile,
Jupons de plis aux lèvres tendres,
Accroupie, la culotte fendue.

Elle prend l’espace d’une danse
L’arrondi déployé en lampe,
La tête qui tourne en derviche
Encercle un soupçon, sa dentelle.

20160127-035806 AM.jpg