Faire un signe

Faire un signe,

une sorte de cygne,

Signer la nature.

~

En la hiéroglyphant,

tu te trompes!

~

Un zeste d’enfant.

L’éléphant leste

singe la rature.

~

Mirliton

~

Où pointer l’index a suffi
pour inventer le ciel.
Réinventer
l’éléphant et le reste.
D’autant que chaque fois
le jeu se prête au cygne.
Pareil au ruisseau d’âme
et au geste d’enfant.

Caroline D..

Publicités

Chavire

Chavire

~

Dans mon sommeil, une barque,

Sous le feu, sous la lame,

décroche une flamme.

~

Un chat rigole en masque,

Son masque laid grimace,

Rigole en cascade.

~

La chouette, elle, me frôle le visage,

Eventail de caresses,

Monte mon désir de lèvres.

~

Mirliton

~

Et l’instant qui chavire
sur les lèvres en sommeil.
Le masque se fait cascade,
et le visage, caresse.

Caroline D.

Les choucas

Le soir tombant,

Les choucas rejoignent

des interstices de toits,

des cheminées, des soupentes

où se trouvent

leurs nids de petits bois.

~

Mirliton

~

Peinture acryl/ toile 2019 j’ybeaujean

~

Et il arrive parfois,
de nuit ou de jour, qui sait?
qu’un gazou s’attèle
à belle capture.
Y tendre une toile tendre.
Question de les aimer.
Sans les déranger.

~

Caroline D.

La passerelle

~

Une passerelle, fine et bleue,

articulée en bois, relie les deux côtes de l’aber.

Elle se soulève et laisse, par moments, passage

aux longs mats des bateaux.

~

En dessous,

Une charpente de piliers s’enfonce dans l’eau

& forme comme un cadre, un châssis,

une chambre obscure

où se baladent, en cages,

images et reflets du paysage.

~

Mirliton

L’appel

🌬Écho & Silhouette

~

le voyageur dessine son chemin dans le sable,

l’orteil s’inscrit dans l’histoire du paysage.

Trop heureux de briser le silence du désert,

il répond à l’ oiseau qui passe.

~

Parfois, elle aussi chemine

& se souvient des mots, les lisse.

L’écho, cet étrange vent de signes,

lui revient comme oiseau qui passe.

~

Mirliton

Ruades

EC181CB9-3948-432A-80B1-BA2315C7E8BC

~

Un jeune chien courait après des étincelles.

Des vers luisants qui n’avaient même plus d’ailes

détalaient, la nuit, sur tout le paysage.

~

Dans sa chambre, l’insomniaque se livrait aux ruades,

Aux galipettes  savantes pour tester les ressorts

Ou s’enfuyait au noir sous une douche d’étoiles

Chassant les insectes qui tournent encore.

~

La chaleur mise à nu, les auréoles à sa peau mate

Dessinaient les motifs de pays encore jamais vus.

Elle retournait tourner au plaisir des astres,

S’inonder du jus de ces fruits bien trop forts.

~

Mirliton

266BCBFB-02ED-4C17-9F35-CEDA48B6BE3E

L’île noire

L’île noire

~

Circonvolutions de rivages

Nuit de ciel chargée de toiles

sable noir : l’éruption de lave

Tout autour,

La mer comme blanche et bleue, corail.

(En hommage à Présence Panchounette)

~

& les oiseaux qui tournent et planent

Rêvent au large de nuages.

Ils approchent des côtes

Se posent & nichent près des feuillages.

(art involontaire breton)

~

Grondeur, tapi dans l’ombre

Défend son équipage.

Empêcheur d’oiseaux ,

De ceux qui

volent les fruits du cabotage.

~

Mirliton