Lutina Doña

20160922-023234 PM.jpg

Conte du lutin qu’anima la Doña

L’eût-il nommée l’ailée Doña
Elle, elle ne s’en souvient pas
Ni du goût de fruit écrasé,
Du fer du sang léché.

Lui, il rumine cherchant la voie.
Quand elle le retrouve aux parois,
Fuyant le noir, l’ombre dressée,
Tremblant tel un fier à bras.

20160922-023616 PM.jpg L’éliminer allait de soi, pourtant

Elle semble l’accoster, l’observe

Mais cache en dessous son venin
Comme un bruit sourd et familier.

20160922-023732 PM.jpg

Un ultime baiser à sa proie, elle,
Se prête aux poses et s’allonge
Griffe à la dérobée la soie,
Tisse du bout des doigts.

Lutinée & amidonnée
Elle s’adonne, adore et s’exhibe,
Un parfum monte de ses draps.
Elle reste d’onyx, lui se débat.

Mirliton

Putchu Guinadji

20160916-041308 PM.jpg

Les artisans du Désert modèlent encore dans la cire
Du nord du Nigeria, au Niger, au Cameroun, au Tchad,
ces bronzes des sables, ces figures Putchu guinadji qui
gardent la mémoire des cavaliers des empires
Sao, Kotoko du Tchad ou Sokoto du Nigeria
& rappellent aussi la peur de leurs razzias.

«Putchu guinadji», littéralement «cavalier contre la folie».
Les cavaliers portaient en talismans
des chevaux en bronze accrochés en ceinture.
Ils les protégeaient d’un acte de sorcellerie pouvant entraîner
la possession par des djinns ou des anomalies du comportement.

Bibliographie: Pr P. Peroni, «Putchu guinadji»,
2011, tribale primary art, p.216-238, p.280-284 4517/83

20160916-041443 PM.jpg

Naguère


Le miroir renvoie en reflets l’origine des lumières

& garde au cœur un visage de Daguerre immobile.

 Les deux se mélangeant pour un temps dans l’argent,

 donnent à l’ apparition cet air de fugitive.

L’épeire diadème

20160904-042516 PM.jpg

L’araignée envisage,
Prépare sa mire,
Étire la bobine concentrique,
Sa salive effile la face.

À travers, les couleurs râlent,
Le menton bave, l’œil égare,
l’arrête du nez en pique
Captive les éphémères,
& Fait mouche, colle aux pattes.

Mirliton

L’éclatante

20160830-115347 AM.jpg

Pas prête,
Elle aime quand le regard
Se pose sur elle, l’arrête en future Ève.
Elle si légère ou dévêtue, tendue,
Qui pose au miroir une requête.

Un sourire rose aux lèvres
Te laisse deviner l’écrin.

Exposée,
Maintenant la voila en tissu,
À l’ombre, l’arc des baleines
Gonfle la toile du parasol .
Dessous, à l’abri,
Blanche se confond d’aise

L’éclat de ses yeux,
Ses deux braises cernées de charbon.

Mirliton

20160830-115506 AM.jpg

L’affinité

Prévoir une discussion de dominos en règles.

Chaque couple s’emboitera par hasard à la suite.

À l’autre bout, la tête, étant plus libre, la place vacante

Souhaite, désespérément, se trouver un miroir

& laisse l’autre sans gêne, suivre le même mouvement.

Il cherchera alors dans sa propre famille

La possibilité d’un autre accouplement.

Au devin d’enchainer les gestes et les histoires

& de croire que l’on brasse ainsi les cartes

Pour créer le chemin de la prochaine association

Et suivre le serpent d’un destin qu’on voulait tout tracé.
Mirliton