À la volée

20140330-021704 PM.jpg

De mémoire de moineau,
La voltige au parc,
À l’affut de miettes du midi,
L’œil dans le soleil,
Les banc se remplissent,
Sauf à l’ombre encore fraiche,
Oubliant son attente,
Elle dévisage son ombre,
Moi, je passe &
Mélange déjà des visages,
N’en garde que la pause,
Un autre jour,
Je la retrouve,
Fouillis de traits.

La piste

20140329-035822 PM.jpg

À choisir les pistes,
De loin, les plus voyantes,
Ça peut paraitre plus simple.

Pourtant j’affleure
& Mal au cœur!
Les montagnes rusent,
S’incurvent à la charge
Me propulsent en ressort,
De Charybde en pétales

Noir de nuit

20140325-122202 PM.jpg

Lune attique, Vénus,
Cherche son âme sœur!

Δέδυκε μεν ἀ σελάννα
καὶ Πληΐαδες, μέσαι δὲ
νύκτες πάρα δ᾽ ἔρχετ᾽ ὤρα,
ἔγω δὲ μόνα κατεύδω.

…………
Dans le fraicheur des bois,
Des sous bois, les fossés aux abois,
Les chemins découverts
Où frissonne encore la peur du chasseur,
il faut se perdre en route un soir
&, la nuit entière, attendre,
Regarder la lune se lever en croissant,
Apercevoir, enfin, un point au loin,
qui brille, qui nous tente,
Ravaler sa frayeur et, traversée d’espoir,
Rejoindre la chaleur de l’autre monde.

Mirliton

Brindille

20140322-015202 PM.jpg

Pendentif Mumuyé Nigeria
H 10,5cm, bois, peau & anneau de métal

Souvent les sculptures des Monts Shebshi sont grandes, étonnées & voyantes.
Les guetteurs de pluies attendent la saison, en leur compagnie, sous leur regard inquiet.
Elles ont cette connivence avec les phasmes, qui tendus, nez au vent, donnent le signal de l’arrivée de l’eau.
Ici, la brindille suspendue au cou, accompagne, protège un enfant ?un voyage?

Mirages

20140310-010456 PM.jpg

Un jour, le sable s’arrête,
& vient à l’horizon,
Un nuage qui dresse
Le rêve d’une oasis.

Bien sûr, d’autres désirs
Brûlent la nuit du voyageur,
& si l’impression lui fait oublier
L’illusion, qui toujours est possible,
Il préfère voir ce qu’il croit
& court se poser au creux de l’asile.

20140310-011015 PM.jpg

La cascade

20140306-041849 PM.jpg

L’attention rivée à la marche, suivre
le silence du crissement des feuilles,
Ou s’arrêter, attendre
Un chant, un rien.

Puis, approcher la chute,
Apprécier le bruit en cascade,
Qui, par sa force, vide l’espace.

Oublier de toujours penser.