L’oiseau de nuit

Oiseau de nuit
🌓🌗
Alors le ciel s’assombrit,
& l’artifice de la lumière s’alluma.
la traineuse de nuit s’ennuie
son verre demi rempli
la paille mesure du temps.
🌖🌑🌔
Mirliton
🌕
Alors qu’elle prenne son temps,
la traîneuse de nuit.
Pour qu’on l’y voie encore, et longtemps,
traîner son âme belle sous un couvert d’étoiles.
Et ses heures tranquilles
à regarder vivre le monde.
🌑caroline D.🌖

Nez en l’air

Nez en l’air

Brave, enfin le vent s’essouffle,
Prends garde à l’escalade, à l’escapade!
L’escalier marche encore le nez en l’air.
🌔
Toi,tu dévoiles ton parfum dormant,
Transparente comme une éphémère;
Parfait pour une nuit où tu rêves en marchant.
🌑
Mirliton
Collage Douarnenez j’ybEaujEan 2020
🌖
🌬D’aucuns la croyaient prisonnière,
une âme nichée entre les pierres.
C’est qu’elle y prenait tout son temps
pour humer la brume et le vent.

🌬caroline D.

Profil ( la perspective des sombres )

La perspective des sombres

Peut être une possible modulation de teintes sombres

considérée comme une mise en perspective.
Non pas l’illusion d’un clair obscur

mettant en volume un corps ou un visage
mais une profondeur de champ,

une graduation ressentie comme espace.
🧶
Peinture sur bois. 80/120 . J’y b.

⚪️
À ses yeux
⚪️
Le mouvement déjà y sait.
Le sombre parle comme il entre
et la beauté s’y cale encore,
soudée au précis du visage.
⚪️
C’est le moment exact
où la profondeur se fait chair.
🧶
caroline D.

Spirale


Spirale

Mine légère
D’incertains entrelacs
S’échinent à retrouver l’accord
entre des courbes vives & fragiles
& de simples poses trouvées là.


⚪️
Papier crayon j’ybeaujean
🍥
La beauté qui s’immisce
parce qu’elle sait le faire.
Des lignes à attraper
et des dames de mer.
De tous les papiers d’âme,
surgit de quoi rêver.

🍥
Caroline D.

Conte à dormir debout 4

Conte à dormir debout 4
🤸‍♀️
Les croisés des chemins
possible de rencontrer
trop peur d’être mis à jour
Les endimanchés du col
Marche pressée
à l’air équilibriste
🤸🏿‍♂️
À deux doigts de tomber
Pourtant surpris du choc
mais zenfin se déroutent
Quatre fers en l’air
jupe froissée de trousse
Pas trop grave
rien vu lunettes cassées
🤸🏿
#mirliton

🍥
Près du jaune en glissade
un coup de maladresse;
juste après sa tirade
le bleu s’en va tristesse.
§
Tout ça sent la bêtise
et personne ne dit rien
ni l’homme ni le chien
pas même l’oiseau de grand chemin.
Fussent-ils moins avares
et un peu plus bavards
on verrait p’t’être le fond
de cette cannette de lard.

🤸🏼cArOliNe D.🤸🏿‍♂️

Nid

🦚
Papier crayon j’ybeaujean


Blanche aime la neige
La nuit,à la fraiche,
Elle se déhanche,
demande l’attente
Qu’on l’aime,
la suit des yeux
« -Pareille à l’hibou?»
Oui! Elle fait l’étonnée
sur sa branche.

🦚

Mirliton

🌑⚪️

Elle y croit sans y croire
et nul besoin n’est-ce pas
que d’y être dans l’aube
ou dans la nuit, s’il s’en crée une,
s’il en vient une ‘travers le jour,
étendue sans faux-semblant,
dans l’errance du monde.

🔘
…. Caroline D.

Goûter l’eau

À la fourrière du concile de l’étroit.

Allo!
À l’eau
Paris bout.
Par ici çà baigne.Les corps s’autorisent des vagues & les dénudés du sable mouillé passent la révision des âges.La jeunesse n’ayant plus l’habit qui fait les moines s’exhibe, les uns ses tatouages en bermuda flottant,les unes les rondeurs sous le string minimum,en fin délice triangle tissé qui masque à peine un pli ou un brin de fourrure.
¥
Chacun retourne à une innocence animale où le sable plat des plages sert de no man’s land.Les jeux retournent à l’enfance des corps courbés bondissant, dévoilés, me servent de croquis.
En plus, entrant lentement dans l’eau froide qui enrobe, nous sentons chaque centimètre gagné comme une naissance au baptême changeant d’élément et devenant baleine. Alors on s’exile à la flotte.
¥
Là bas,au loin, la ville hésite à l’exhibition, l’enferme en salle . le dénudé militaire des piscines encadre les bassins sous l’œil & l’alarme trainante du sifflet de maitres non nageurs,désoccupés,en rituelle vadrouille.Le maillot est alors uniforme et le corps à souffrir comme un sport, n’est plus de saison ,n’est jamais plus maritime pataugeur mais fait des lignes.
¥
<MiLoup reporter>
!
Paris bout?
Pareil ici.
Et sur les rives, l’eau qui se donne. Bien des pieds qui s’y plongent se savent en terre mouillée, turquoisement parlant, avec tout le bien qu’on en tire. Dès lors que trône le silence, les corps se lancent à leur manière. Il ne faudrait pas croire que le temps est si court. En attendant, le flottement donne au ciel de grands morceaux de beau. Et quand on y pense, il n’y a qu’à nager. Pour y cueillir l’encens et le parfum des âmes.

!
>MiLouve baigneuse invétérée<