Liseuse

20110928-064241.jpg
En quelques années, la photographie devint plus mobile
& de riches amateurs, les mains dans les bains de leur chambre noire,
Fixaient les premiers instants de leur quotidien.
La pose est alors plus souple & l’allure, bien moins officielle,
La liseuse prend un air éternel,
& dispute à l’art, le générique.

Le ressort

20110913-121737.jpg
L’invention du déhanché donna une vitalité à la figure, une malice qui rompt la symétrie.
L’œil alors prend du plaisir à suivre la courbe & assure le travail de l’illusion.
En recomposant soi même le corps, on le met en mouvement; la forme bouge le temps de l’exploration du dessin. Même à l’arrêt, la tension du corps dispose de son énergie potentielle,
Le ressort!

pPMoqueur: Ah! Le fameux déhanché baroque……….

Sur un air de navaja

Le vieux serveur passa à côté de moi et jeta un coup d’oeil discret sur ce qui restait de mon scotch à l’eau. De la tête, je fis un geste de refus. Il inclina sa vénérable toison blanche et, à ce moment précis, une vision de rêve apparut. Pendant quelques secondes, j’eus l’impression qu’on n’entendait plus un bruit dans le bar. C’était l’instant fatidique oú le chef d’orchestre vient de frapper son pupitre et brandit sa baguette.
Elle était grande et mince, dans un tailleur de lin blanc avec une petite écharpe blanche à pois noirs autour du cou. Un petit chapeau blanc se nichait dans ses cheveux d’or pâle, dignes d’une princesse de conte de fées. Ses yeux étaient d’un bleu gentiane sous des cils très longs et presque trop pâles. Elle gagna la table en face de moi et se mit à ôter ses gants blancs à crespin. Le vieux serveur lui installa sa table comme aucun garçon au monde ne disposera jamais la mienne. Elle s’assit, glissa ses gants sous la poignée de son sac et remercia le serveur d’un sourire si doux, si charmant, qu’il en fut presque paralysé. Elle lui dit quelques mots à voix basse. Il s’inclina et s’esquiva. Ce type-là allait remplir la mission de sa vie.

20110902-012103.jpg
Je la dévorais des yeux; elle s’en aperçut, décala son regard d’un cran et je cessai d’exister.
The long good-bye.( sur un air de navaja) Raymond
Chandler

20110902-013006.jpg