Ashanti

Kumasi

~

Quand les belles

Traversent dans Kumasi, Kejetia, le marché ,

Leurs pagnes vibrent aux couleurs du soleil

& fières d’être Ashanties, elles redressent la tête.

Des enfants les suivent aux détours des étals,

Ils rigolent & leurs tendent de petits sacs

En réclamant un sou, juste un petit sou le sac.

~

Mirliton

 

Publicités

Facétie


Facétie 
Dos doré, abri côtier,

Un long arrêt au sol.

La brume au solstice d’été,

Un doigt d’aérosol.

~

Un nez de pikou panez,

Des fesses finement mouchetées.

Sous la crème à peine voilé,

Un rose tendre pelé.

~

Mirliton

Sous la plage


En surface, le sable fin est doux & tendre,

Apprenti géologue, il creuse des terriers.

La galerie s’enfonce, devient  puits

& il sent sous ses doigts venir l’humidité.

L’eau grise s’étend au fond & effrite les cotés.

Il remonte une bouillie de grains et de graviers

Qu’inlassablement il dépose en mortier.


Après, on ira se promener ?

Mirliton

Portraits probables


Au contraire d’Alberti,

pour qui le portrait doit « rendre les absents présents »,

Un visage imaginaire anticipe une présence.

Demain il trouvera peut être sa vraisemblance

Aujourd’hui trop tremblant pour être ressemblant,

Il n’est encore qu’ hypothétique  » ressemblable « .

L’idéal de la figure se superpose aux approximations.

À l’ovale, l’arrondi impose une douceur

habillé d’un rien , coiffé d’un volume de traits,

L’imprécis devient un mouvement,

Le naturel de l’attitude rend possible l’apparition.

 Mirliton (fait des réflexions!)

Nocturne

 

La nuit, l’attention au silence des étoiles,

Au ciel noir d’étincelles , à l’espace qui l’enlace,

Remplit d’aise celle qui le matin même

Se morfondait chez elle

Ne sachant plus trop bien quoi faire

Des verts tristes pâturages immobiles

Ou des inconnus qui passent

À la déroute dans leur boite de métal.

 

Mirliton