Au bord de l’eau

Au bord de l’eau
⚪️
L’ arrondi du lac en plat mirage,
l’obscur miroir ondule & trouble le paysage.
Les arbres y bougent en reflets & plongent d’en haut.
Au bord, un rocher, de nature si calme, se repose.
La pluie parfois dessine des ronds dans l’eau.
⚪️
Mirliton
🌑

L’oiseau de nuit

L’oiseau de nuit
🌑
À la lampe, le livre ,
une « histoire de la nuit »
(Laurent Mauvignier)
m’entraine dans le silence.

Mais un souffle soupire
( vent fort, risque de bourrasque)
frappe au carreau*.
Dehors m’appelle &
la nuit noire scintille.

Moi, je sors & je fais l’engoulevent
J’avale la moindre brise.
🌑
Mirliton
🌑
*(Oh!Caro, t’inquiète, c’est l’épaisseur de l’air!)


⚪️
En équilibre sur le matin laiteux
la neige forme de grands bancs
immobiles et liquides

Sur le trottoir d’en face
des corps humains se glissent

Un seul moineau pour braver la blancheur
et avaler le froid brûlant
Mais il en viendra d’autres

En attendant, la nuit se repose
et l’engoulevent sans doute

⚪️caroline D. ⚪️

L’oubli

L’oubli
🌑
La nuit qui rampe
sous son air de rien faire
Les grimpantes escaladent,
lèchent les friches.
Les murs aussi lézardent
Attendant la reprise du mystère.
🌑
Le jour, les feuilles digèrent.
🌑
Mirliton

⚪️
Et tout ce qui se dit
dans l’infléchissement.
Des mots entre les feuilles
sur de longs bâillements.
Pour tout ce temps toujours,
une histoire à se lire.
⚪️
….
De quoi se souvenir.
⚪️
caroline D.

La nature du miroir

La nature du miroir
…………………………………………………………..
Qu’une eau se glisse comme une peau
Frissonne lisse à l’arrondi du paysage
Miroite en surface étendue d’éclair
Flotte à l’unisson du plat vif argent
& l’opaque mare se fige dans le miroir.
……………………….
Mirliton
…….

photo j’ybj 2020.
………….

La surface

Chaque embarcation s’attache,
à l’abri au port , les cordages trempent,
la surface en miroir………………………………..
……………..Où le temps devient une image,
des amours de chêne dans l’eau,
des jeux de branches et de nuages
et le bercement d’un bateau.
⚪️
mirliton ………………………………….
……………………………& caroline D
⚪️

,

Tanagra

Tanagra

Tiens! Te voilà revenue
de ta course dans les bois
Le long d’une rive incertaine
Trempée comme une souche
À peine déshabillée,
tu plonges dans les draps
Enroulée dans les rêves
te drapes de sommeil
& ton souffle profond
Expire une longue fatigue
Tu ronronnes , pelote en boule.
…………..
Mirliton
………….

Certainement le jour
fut long à traverser;
il en est de ceux-là
qu’on voudrait contourner.
Mais le temps fait sa ronde
et la rivière est claire;
de rives en écueils,
je m’y retrouverai.
………………
Caroline D.
………………..

IF, le temps suspendu

Le temps suspendu

Voilà un joli jour de pluie, murmura-t-elle,
en regardant d’en haut, le dos tourné,
l’eau qui rigolait jusqu’en bas.
C’est sûrement le chemin des choses, chuchota-t-il
⚪️
… ou voulais-je dire celui des roses?
Bah, je ne sais plus, mais chose certaine,
les gouttes s’y prennent à merveille
quand elles se pendent au fil du temps.
⚪️
La fille s’était tournée vers lui.
L’histoire pourrait commencer là, dit-elle.
Deux murs blancs à la chaux anglaise
et un tout beau de l’imparfait.
⚪️
Et lui de susurrer :
Qu’il ne vous en déplaise, l’amie
mais je mettrais dans cette histoire
un vieillard à lunettes
avec son cornet plein de glaise!
⚪️
Si, si, si.
Ça me va, lui dit-elle.
Et moi de mon côté j’y verrais bien un arbre,
un beau conifère à fruits rouges.
De la famille des Taxaceae…
⚪️
caroline D.
🌒

L’échangeur de regards

À l’extérieur, riant sous cape,
la rue est traversée de certitude en certitude d’allers .
🌑
L´intention était bonne d’avoir un but,
mais, sans doute pris d’une soudaine envie de dévier,
J’allais à l’inconnu par les rues à l’échange des regards.
⚪️
Mirliton
🌑
je les ai
regardées cent fois
tendre la hanche et l’épaule
et le coude et le pied
regardées qui dansaient
pour exister ensemble
loin du désir de certitude
seulement celui des tendres liesses
d’un crayon sur la page
⚪️
Caroline D.
🌔

L’esthétique du drame

Répartition / photo j’yb

Pythagore s’ acharne : noires ou blanches?
c’est égal! Géométrise la gamme.
Explore l’écart du clavier, divague.
Pythagore picore quand Steve Reich,
de long en large, défie la gamme.
Alors chavire, exalte l’audition.
Découvre l’amabilité du drame.
Drape de sentiments la trame;
Du joli, du poli à refaire la larme.
L’harmonie l’arme toujours d’un brin de rouerie.
&
au final, recherche
déjà dans le noir des yeux
l’étincelle humide d’un regard conquis.
Celle là? oui!
L’excitation au corps retenu,
la belle inconnue a une âme,
un vibrato en adéquation.
💎
Mirliton
⚡️⚡️⚡️
et la mer et le bord
sans voile de partance
pour y vaguer de l’âme
et y noyer le corps
ainsi, dit-on
l’oiseau te portera
par-delà le navire
dans les coraux du fond
de chromosomes en trajectoires
dans le noir d’orange poussière
où rien ne disparaît
ni ne change
d’y être tout
💎
caroline D.
⚡️⚡️⚡️⚡️⚡️

Terre!

La terre est dégagée,

Retenue de rempart.

Des vagues viennent lécher

les pieds des pierres

À les faire flotter

En mal de mer.

*

💨mirliton

*

Ah! l’ocre et le turquoise

devant l’horizon bleu,

même un coeur d’ardoise

se laisserait prendre au jeu.

Y aurait qu’à l’y assoir

sur ce mur de noir,

il oublierait le temps

pareil aux voiliers blancs.

*

🌊Caroline D.

*

Au hublot

au hublot
~
Le voyage de vagues
de mousses en lessives
Nous entraine au hublot
L’univers sous-marin
d’un tortillard kaléidoscopique.
~
Y baigne une culotte
Passagère oubliée
Motifs des tropiques
Rayures d’azimut
Élégant de toilette
~
Mais aussi un
Simple mouchoir pleurant
L’au revoir des départs
Le moteur essorant
L’esseulée
& son nez en trompette.
~
°} mirliton {°
~