L’argile des potières

20120528-014420 PM.jpg

Souvent au bord de l’eau,
Où la glaise est facile,
La potière va récolter la terre.
Lavé par l’eau qui file,
Un dépôt lent se forme au fond,
Là, l’argile est plus tendre,
Prêt à tourner en pots.

Publicités

Faire la roue

20120527-011114 PM.jpg

Un relief de chaos bringuebale la fine équipe,
La roue suit en sinus toutes les aspérités,
Enregistre la route, écrase la chaussée.

Le maréchal-ferrant ceinture le bois d’un fer brûlant,
& chausse de sabots les animaux de trait.
Le fer glisse, se renouvelle sous la poussée.

& le soir,au retour, les pas métalliques sur les pavés,
brillent d’étincelles comme un briquet.
À la musique du trot, s’endorment les enfants fatigués d’avoir joué.

20120527-011154 PM.jpg

Môme Renarde

20120526-123044 AM.jpg

Une petite miette pour mon Pioupiou ds sa cage photo/trafic !
ds ma chambre, secret d’un soir….aux ombres dérobées ?
Sèches ta plume, tu es tt mouillé !
bise
rdp

La petiote du tourlourou montre sa cage thoracique,
& l’enchante , sucrée de soie ……bordée de décolletés!
chiche t’allumes, tu émoustilles!
Bis
aRa

La môme Renarde

Sleeping sickness

Lobi, Gaoua, Upper Volta

À Jules Le Rouzic, Gaston Muraz, Eugène Jamot

20120520-022600 PM.jpg

Étrange chapitre de l’histoire Lobi.
Les figures assises portent quelquechose à leur bouche.
Toumani Triande, Madeleine Peire et Jean Suyeux supposent qu’elles représentent le medecin colonel Le Rouzic qui, entre 1910-1936, lutte contre la maladie du sommeil à Gaoua.
De nombreuses représentations en bois ou en terre se trouvent dans la région de Gaoua.
Elles sont appelées  » genenar » (général?)

Voir Kunst und Religion der Lobi Piet Meyer 1981

Remarque: la casquette semble indiquer une époque plus ancienne 1870-1914.
Ici le jeune médecin Gaston Muraz vers 1900

Voir la tournée du médecin Vielle à Gaoua en 1905 ( à suivre)

20120520-031508 PM.jpg

M la Maudite bête

20120514-113412 PM.jpg

L’ objectif , l’alarme à l’oeil,
La noire esquisse un pas de glisse,
M loin du prés, déséquilibre
La gueule en biais,en sang qui pisse,
Fatiguée du moustique qui brille
& vrille sa toile, l’agite & tisse.
Le vertige me vient, un voile se grise,
S’arrêter, enfin, de tourner en rond,
& m’ouvrir la veine jugulaire,
Eclabousser le nez de l’avorton.

Photo: Rouge des Prés