Portraits probables


Au contraire d’Alberti,

pour qui le portrait doit « rendre les absents présents »,

Un visage imaginaire anticipe une présence.

Demain il trouvera peut être sa vraisemblance

Aujourd’hui trop tremblant pour être ressemblant,

Il n’est encore qu’ hypothétique  » ressemblable « .

L’idéal de la figure se superpose aux approximations.

À l’ovale, l’arrondi impose une douceur

habillé d’un rien , coiffé d’un volume de traits,

L’imprécis devient un mouvement,

Le naturel de l’attitude rend possible l’apparition.

 Mirliton (fait des réflexions!)

Publicités

Le chevalier d’Éon


Où est – il?

Fuyant le regard, l’invisible,

Entre deux portes,quitte le secret du roi.

L’espion se carapate en coulisse.

La figure tranche sur l’habit au genre incertain

Le personnage, platement s’abstrait, sort du décor

Quand se découpe en noir, comme en ombre, son profil.
Mirliton

L’as de pique

20160729-052515 PM.jpg

De père en fils, les piqueux, dormant à même la paille,
Gardent la meute agitée par un rêve de lièvre.
Le fils s’éveille, à l’aube, la figure chiffonnée.

Trépignants d’impatience, les chiens crient,
Énervés à l’idée de lever le gibier,
De poursuivre par les sentes les bêtes aux abois.

Mirliton

Les associés du regard

20151212-011008 AM.jpg
Boulevard Henri IV, Sully Morland Paris 4

Parfois, quand dans les rues,
Une boutique en jachère
Semble attendre le temps
Toute couverte de poussière.

J’aime à couvrir d’un lé sa solitude,
Lui donner quelques jours
Mes dessins encollés en devanture
& associer en ville, vos regards dans le mien.

Mirliton

20151212-011307 AM.jpg
Rue Chevreul, Paris 11

Vagabond

20151010-020701 AM.jpg Le charme crasse du corniaud,                        Vagabond vague de place en place,

S’installe au hasard quand il a soif,                Hume le tourniquet des rôtissoires

Se déroute à la chasse au mulot                                    Puis s’enroule dans la nuit,

Le museau dans les pattes,                                    Rêvant sous la pluie aux étoiles.

Biscotto

20140920-065102 PM.jpg

Fier à bras, garçon acharné au jogging,
L’auréole de sueur collée à la ch’mise,
& le biceps gonflé autant que la brioche,
Le noceur a le souffle court du cheminot.

Brouhaha de coureurs cherchant l’ivresse,
Les derviches ivres chassent les gazelles.
Elles, elles serrent les fesses, relèvent la tête,
Le collant fendu, tendu vers l’extrême.

Amical Mirliton