Mica

Les paillettes sur ta peau

Au sable qui s’emporte dans un bouillon de vagues
La mousse déjà y brille mica
& fête sur ta peau comme un frisson d’éclats.

Quand ta vague arrive chavire
& roule rousse portée par le rouleau
Tu rives ton museau à l’écume,
T’enivres & de bruits & de flots.

Pendant que tu t’emplies
De la saveur des algues
Moi, noyé sous l’eau
Tranquille entre deux eaux
Je dérive & me laisse
enchainer aux épaves.

…mirliton…


Quand l’aube un peu s’oublie
au pied de l’arbre noir
Le sable mercenaire désarrime la vague


La grande eau sait bleuir
les désirs clairs de l’une


C’est cette chose, tu vois
par-dessus mon épaule
Un autre ciel, dit-elle
Du jamais vu


carOline D….

Les figures du crayon

Elle / dessin j’y beaujean 2022

De la figure

Que chaque geste prenne une tournure
L’allure d’un corps en mouvement
Lentement elle se retourne
Il est proche
Un grand dos troublant
L’axe s’y désarticule
La colonne monte de guingois
& lui donne l’air d’être dans le temps
Une figure qui tire d’une grimace
Un oh! T’es embêtant!

mīrLīTon
Crayon / j’y beaujean 2022

La mine descend d’aplomb
Pour faire belle averse
& glisse le crayon
vers un long creux de dos

Elle erre dans le dédale
Sans raison ni fanal
Mais cache quelques briques
Pour mater les bourriques !



caroline D.

Vénus dévêtue


Vénus dévêtue

La pose oblique oblige
à envisager une perspective.

L’œil décalé d’un spectateur
À la grise mine allongée,
accoudée,raz du plancher.

Par exemple, dos au parapet
Te mirer de la tête aux pieds
la nuit t’admirer au miroir
Rechercher tes coins secrets
Pour mieux te les dessiner.

mir Liton


Le vent se fait sentir, tu vois
c’est une histoire de nuit
Tout le bleu qui se mêle
d’une autre fin de jour

Sur les accords d’un dimanche
Même si l’oiseau chante bas
La belle l’y entend

Vers l’horizon du soir
son regard se tourne

On y sera à temps, dit-elle


… caroline D.

Icare

Peinture sur bois/ 66/122cm/ j’y Beaujean.

Icare
Nous ne saurons jamais
Qui de l’oiseau ou de la plume
Est à l’origine de l’invention du vol

Le paon en éventail,
Lourd dindon de la farce
S’admire en séducteur
Mais jamais ne se risque
Ailleurs qu’à son théâtre.

Icare, lui a l’âme légère
& l’envie , un jour, lui prend
de devenir nuage.

mirliton

Ange

Vieux dessin barbouillé de noir / j’y beaujean 18/22

La barbouilleuse

L’argile fragile de l’enfance
Pitou, précieuse gamine volubile
Trempe son humeur versatile
Dans le noir chemin des pensées.

Faudra bien qu’elle se démaquille
nettoyant son museau rusé
Qu’apparaisse la p’tite nubile
Ève gracile comme énamourée.

m’miRliTon

Colégram

Colégram

Au mariage des caresses
De l’écorcheuse de mots,
Je préfère la levée du mystère
De sa tenue rustique
Un poil bien détendue


Qu’elle se montre enfin décalée & dévoile
L’adorable drapée dans un silence doré
Où se dérobent à la manière bigorne
Les muses nues tournées & outragées.

Çà m’amuse de la savoir sans fin
Un grain léger de frisson à la peau
& la fourrure féline en boucles si câlines


Cette dame de Pique
Épique & le Cœur gros
S’interroge quand même

Sur son brin de beauté
« Eh! Dis ,suis je bien une exotique,
Qu’en penses-tu, Carreau ? »

miiirLiiiiiTon


Pour l’âme qui se gramme
& toujours qui se trame

Naître à moitié dans l’herbe
C’est connaître la danse
De mille brins dans le vent
& de gerbes d’errance

C’est faire un feu de noir
Un feu d’ombre & de soir
Un grand rouge de fièvre
Pour chauffer le printemps

C’est enchanter les rives
De chardons & de grives
De trèfle rouge ou blanc
& sentiers avenants

C’est le rêve d’un sous-bois
D’une mer d’entre les branches
& mille z’arbrisseaux
Qui embrassent la peau

Pour l’âme qui se trame
& toujours qui se gramme


..carooline D.