De la figure

Les corps sont là pour briser les lignes du cadre;
l’espace trop rigide du tableau.
Une fenêtre s’organise en figure déliée, courbe.
La courbe appelle le corps & le corps la danse.
L’habit étant souvent l’oubli du corps
ou l’aveu d’une mise en scène
.
🍥
La perspective des traits peut devenir une simple mise en volume.
Le vertige des courbes invente alors des personnages.
Ils doivent nous convaincre de leur existence
Simplement par leur présence
Se tourner vers nous, nous observer
Quelquefois nous séduire.
🍥
J’y en Mirliton
-Nov 2021-Peinture sur bois 123/63cm –
Jean-Yves Beaujean

🍥
.Et la ligne se trace depuis le sang, la glace,
déversant sur le soir toutes les couleurs de l’ombre.
On y voit à travers la beauté nébuleuse –
c’est la danse des corps qui dessine l’histoire.

Et la nuit qui redonne novembre.
Les pieds pansés d’argile, sept fois,
au grand tournant du jour.
🦚
Caroline D.

Une réflexion sur “De la figure

  1. Et la ligne se trace depuis le sang, la glace,
    déversant sur le soir toutes les couleurs de l’ombre.
    On y voit à travers la beauté nébuleuse –
    c’est la danse des corps qui dessine l’histoire.

    Et la nuit qui redonne novembre.
    Les pieds pansés d’argile, sept fois,
    au grand tournant du jour.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s