Sablées

~

L’étendue du ciel blanc

en paquets de nuages,

sous la ligne descend

au bout, jusqu’à une plage

où le mica en éclats étincelle .

~

Sous le sel des vents,

Le goëmon qui traine,

les belles qui s’étalent

en rangée de serviettes

& qui nonchalamment miment la sieste.

~

Moi, le vieux qui gribouille

Celui qui mine noire, croque mitaine,

j’imagine dans des traces incertaines

les bretelles de maillot

ou les empreintes du sable.

~

Mirliton

Au départ

Au départ, c’est l’envie de partir,

De faire de l’esquif une ile solitaire,

Flottant entre deux creux de vagues,

Balloté, coque de noix du désert d’eau,

Inquiet,la nuit, de couper la route des naufrages

& ravi d’un dauphin qui tout d’un coup gambade.

Mirliton

Elles

Sortie toute droite de sa coquille

Faisant des ronds dans l’eau,

Testant d’un doigt de pied

cet étrange douceur de la vase.

 

L’eau est fraiche, pale, grise,

Pourtant, elle s’arrête transie

un soupçon de gardon

vient frôler sa cheville.

~

Mirliton

~

L’autre chemine en travers de la lande,

Toujours dans ses pensées,

S’applique à ruminer,

Refaisant sa journée.

 

Elle n’a pour paysage

Que des souvenirs mille fois repassés.

Elle ne prend pas la peine de lever le nez

& ne veut jamais se saouler d’air par bouffées.