Naïve chanson

Peinture sur bois 70/89 j’y beaujean
⚪️
Naïve chanson

Les bourgeons au bout des arbres
Se tendent & du bout des lèvres,
Des oiseaux inquiets se chantent,
D’arbre en branche, la fin de l’hiver.



Les fenêtres chauffent aux rayons.
Derrière, baigne une douce paresse.
Ton bleu ciel de papillons,
Viens reprendre les caresses.

Le sol s’ouvre sous l’impression.
Dehors, pointent les premières graines.
Les lombrics sortent & se taisent
Quand fredonnent les mirlitons.

Mirliton

⚪️
Postlude

lapin joli
lapin midi
qui saute au ciel
et à l’envie

ciel de maïs
et terre de lait
serait-ce pour l’amour
d’une rose ?

une chanson
comme de raison
trois petits tours
et mirliton


🌬caroLine D.
⚪️

L’oiseau de nuit

L’oiseau de nuit
🌑
À la lampe, le livre ,
une « histoire de la nuit »
(Laurent Mauvignier)
m’entraine dans le silence.

Mais un souffle soupire
( vent fort, risque de bourrasque)
frappe au carreau*.
Dehors m’appelle &
la nuit noire scintille.

Moi, je sors & je fais l’engoulevent
J’avale la moindre brise.
🌑
Mirliton
🌑
*(Oh!Caro, t’inquiète, c’est l’épaisseur de l’air!)


⚪️
En équilibre sur le matin laiteux
la neige forme de grands bancs
immobiles et liquides

Sur le trottoir d’en face
des corps humains se glissent

Un seul moineau pour braver la blancheur
et avaler le froid brûlant
Mais il en viendra d’autres

En attendant, la nuit se repose
et l’engoulevent sans doute

⚪️caroline D. ⚪️

Panne d’essentiel

La panne d’essentiel
………….
« …Plus de vol, c’est bloqué
Plus de course dératée
De noir de fumée
La salle est fermée
L’écran halluciné
D’ herbes folles à brasser

…..
Ça , çà va pas marcher!
La mine déconfite,
Elle saute la barrière
S’accroche la culotte
S’écorche aux barbelés
Obligée de se mettre
Des huiles non essentielles
À divaguer, la folle évadée. »
…….
J’yb en Mirliton
…….

La disparue

La disparue
🌔
Des traces de rouge à lèvres
elle était donc réelle!
Rouge betterave, écrasé de tomate, sang, mystère
& la pantoufle de vair oubliée par mégarde.

Des gardes? Y en avait pas hier, de mémoire volatile d’écureuil.

La vue depuis les airs étant la plus perçante,
Sans doute du creux des branches
là où se trouve sa cache,
l’animal sans vair dit avoir tout vu.

& la fuite éperdue de l’éternelle absente,
la disparue perdue & la fourrure tentante

je ne peux que relire en doux ses mots
& tracer son visage dans la buée des carreaux.

Petit gris en profite pour reprendre son manteau.
Il retrouve son velours & moi,le trémolo.
🌖
Mirliton
🦚
L’étang

Sans l’absente, chantait-il,
le ciel n’a qu’à cligner de l’oeil
et ma tête penche en musaraigne
comme un blanc de cerfeuil.


Mais elle danse à la même enseigne,
chuchota l’écureuil.
Allez, viens, suis-moi.
Et oublie la pantoufle.


Au bout de quelques vers
sur le velours des heures,
dans le remous des jours
et l’ancrage des âmes,
ils la trouvèrent assise
sur le bord d’un étang.
Baignée qu’elle
était de lenteur.
🦚
caroline.D.
🦚

Conte à dormir debout

L’enlèvement
*
Une bergère tournicote
sans souci,saute mouton.
Pas d’MiLoup dans l’buisson?
Danse cigale agile,
l’air éclaire ton jupon.
*
*
Un ours arrive à jeun (?)
L’énergumène l’enlève.
Pas d’Zorro en faction ?
La fille s’égosille,
La Peluche s’carapate.
*
*
Un prince vraiment charmant
Imbu de sa personne
Pas trop clair de l’oreille
La prend pour un écho
& tout de go répond:
*
« oH Hé, oH Hé …Hé oH ! »
*
🌬💨mirliton
*
On a surpris le ciel,
épris de la Bergère,
à ne faire que du bleu
d’un crépuscule à l’autre.
Il voulait de la belle
qu’elle y pose ses yeux,
son long regard de lune
en baiser de fortune.
*
Pendant ce temps précieux,
tout à l’ouest des jours…
Ni le mouton ni l’ours
ne pleurent à perdre vent,
leurs amours écarlates
habitués aux détours.
*
Hé oh… et le prince?
Un instant s’il vous plaît, ça s’en vient…
*
Quant au prince nigaud,
caché derrière la butte,
il rêve d’un crapaud
ou de la Castafiore,
c’est selon.
Et à travers tout ça,
la Bergère qui danse.
Touralala.
C’était comme ça.
*
🦚Caroline D.🦚
🤸🏿