Miss en couleurs

« – j’suis pas prête….. »

Publicités

Réflexions faites

L’attention donnée au chemin est soutenue.

Chaque pierre rend la marche précautionneuse. 

L’équilibre balance les bras.

La pensée s’accroche à la route,

L’instant d’après divague.

~

1

La symétrie est une habitude simplificatrice.

Une fausse symétrie amène un plaisir supplémentaire,

Une légère complexité qui oblige,

suspend le regard, le temps de savourer

cette simple variation de la forme.

~

Se voit-on trop dans le miroir,

pour ne pas se connaitre dans une photo?

~

2

Le tracé du corps en spectacle

Inverse les rapports du visible.

L’invention en chaque moment de la courbe,

d’un dos, d’une main, d’un creux…..en un trait,

doit donner à la présence de la figure entière

La forme d’une apparition.

~

Se laisser séduire au premier regard.

S’y reconnaitre.

Ne l’avions nous jamais déjà vu(e)?

~

Mirliton

Ombrella

°

Ombre blanche sur un fil

En mouton pomponné

                                    (S’ouvre à l’équilibre)

Cache un bout de nez,

Distribue les œillades

~

Et d’un geste distingué

Retourne se plier,

                                   (S’oblige à petits pas)

À la marche bridée

D’une robe resserrée.

~

Mirliton

Le ressort enroulé

1)

          Le ressort enroulé (fable)


Le commissaire d’exposition, le mécène éclairé et l’œuvre d’art


remontent comme un ressort, une mécanique culturelle bien huilée.


La spirale décisionnelle qui va nous amener à l’œuvre


est toujours le fruit d’une intense cooptation.


Avec force biscuits et pétillant, on en oublierait même l’objet,


pour lui préférer la joie de se retrouver dans un monde éclairé


& se prêter à la communion autour du jeu monopolisateur.


~

Déjà, le commissaire est là pour ( en) reprendre une ligne


Mille fois exposée et le mécène attend qu’on lui fasse de l’œil, du pied, 


Que l’on cite son extrême intérêt ; l’occasion est trop belle d’être ainsi choyé.


Tout ce p’tit monde, la fête terminée, un petit peu pompette, sortira ravi et 


bien amusé, rotant & se disant prêt à y retourner.


~

& l’œuvre, alors? oubliée sur le coté, sur une table; elle est débarrassée, jetée ou balayée 


par un personnel d’entretien qui n’aura toujours pas la qualité 


pour entendre l’ironie de sa dure réalité à l’Œuvre ;


Elle qui n’en finit pas d’oser, doser provoquer 


et qu’ainsi mise à nu sans s’écarter, s’expose à tous les dangers.


~

Signé: l’œil du Mirliton


2)

En référence:
1 )dessin non terminé de Jean – Pierre Allain 2018
http://www.jean-pierre-allain.fr/
2) rêve de bronze de j’y Beaujean 2018
https://desertoccidental.wordpress.com

Le bibi

Son bibi de travers
cerise, gâteau des îles,
empesé d’amidon,
Coloré à la diable,
Lui allait comme un gant.
~
Elle aimait se montrer à la glace
Allant presque nue
Se voir & corriger
& Sa cambrure, en suspend sur les pointes
& Son allure de tourbillon.
~
Mirliton

Ivre ouvert

eket

Dame de coupe

Distinguer, ivre les nuances

Comme dans son iris sans fin, voir

Le malin plaisir s’y glisser, un sourire me tente

& alanguit au creux de ta fourrure, j’y

Respire et goûte le piquant parfum musqué.

Comment ne pas se tenir plus près , à toucher,

Oubliant la distance, la salle est noire de monde

Quand l’écran scintille, s’éclairent les pupilles,

L’histoire est aux reflets. Je te regarde rêver.

Livrée au regret, à l’oubli fané

Comme la fleur séchée d’un souvenir cassé,

Écrasée, l’auréole marque à ta robe froissée

Un brillant de larmes échappées, délaissée.

Inquiet, tu la vois s’écarter, rouler de coté,

Elle n’aime pas, plus, évite même d’y penser,

Se cache de peur d’espérer d’autres baisers,

Elle en oublie sa peau hier encore à fleur de caresses.

Mirliton 2016

ombre & miel

Aux Associés du Regard