Figurant

Figurant

La figuration allusive ne précise rien, elle suggère.
Chaque trait est incertain & se figure dévoiler.
Mal fagotée, en négligé, la figure apparaît
Elle se dévoile d’un mouvement qu’enrobe le tissu.
Un trait, un pli en souligne les coulisses.
La muse s’amuse au plaisir clandestin.
Tous les traits sont bons pour vous abuser.
L’ensemble vu par inadvertance
insuffle un air d’innocence sensuelle
encore en mouvement, en volume.
Rien ne s’oppose à votre désir d’imaginer encore plus.
D’y reconnaitre un personnage imaginaire pris dans le rectangle du papier.
Le dessin est alors une explication anatomique d’un regard lancé dans le rectangle du miroir.

J’y Beaujean en miRliTon.
Crayon~jean yves beaujean ~2022


Comme quand l’ombre s’emporte
sans que le ciel résiste
Qu’on respire à nouveau
à travers son chapeau
à la manière des lutins du monde
& que
quoi que l’on fasse
on y trouve la suite
& dans les lignes & dans les mots
tout ça quand le papier
se laisse prendre
par la mine
volage.

Caroline D.

Parfaitement

Parfaitement

J’ai grignoté les gâteaux secs
à m’assécher le gosier
L’un après l’autre grignoté
après,
La boite, j’ l’ai pliée, jetée
J’avais bien besoin d’oublier.

La feuille en parasol
Par terre, prête à l’écraser
Trop parfaite, je l’ai évitée
après,
La photo, j’vous la laisse
J’aurais trop peur de l’oublier.

mirliton

Chiffonnée

Crayon j’beaujean 2022

Chiffonnée

L’alarme facile
Peur de tout, peur de rien
Même un bout de soleil attire
~Yeux mi clos ~
le jeu d’un train d’abeilles
Un chemin de traverse
Où rompre son chagrin.

mir~li~ton


Y avait une fleur dans ses cheveux
(parfaite pour un bouquet de larmes)
un ciel dans son dos d’hirondelle
pour y appeler le vent du large
sans oublier (on se l’est dit)
le parfum salé de la mer
pour qu’elle goûte le temps.

Caro~Line D.

L’effervescente

L’effervescente

Rapide à l’escarmouche
La redoute, la réplique
Lisse tes boucles en bouche
Les adore, les adore en boucle.

Perce d’un regard vif
La foule, louche la foule
Te prendre en filature
Filer retrouver la mouche.

mirliton


C’est tous nos petits pas d’envers
Tous nos petits pas de travers
Nos cheveux blancs, nos refrains clairs
Aux vents de l’hiver

Les pieds d’amour ou de bourbon
En chansons qui tombent des lèvres
Les bleus de ciel & de bonbons
Aux baies de genièvre

C’est tant qu’on aura de quoi faire
Encore des petits pas d’envers
& des petits pas de travers

… caroline D.

L’éclatante


L’éclatante

Tendre hélas clandestine
Laisse le contrejour courir
Il t’enlace, te couvre d’un arc
T’enveloppe d’un éclat de rire.


L’éclair, au lointain, un flash
Courbe l’espace de ton ombre
La ligne de maillot éclate
Aux couleurs des badigeons.

& debout, sur tes pattes
Tu prends un bain de couleurs
Jusqu’à tes pommettes écarlates
Que tu me laisses en souvenir.

mirliton


Cependant que le sable
inventait l’instant d’une robe,
l’éclatante avalait la brise
pour y jouer de paille & de vent.

Alentour de la butte claire
le matin déballait la suite,
grand chat d’eau
ou grand chat de pierre,
le jour fut tout
sauf ordinaire.

Caroline D.

Mes yeux de chat


Oublie les transparences
La nuit sombre dans l’eau.

Rien qu’un brin de lumière
& son corps qui scintille d’éclats
Léger dans la pénombre
La mer semble corail.

mirliton


Au fond le vent se lie
à tous nos corps d’écailles
& quand la mer s’évade
tu l’essuies par nos yeux
jusqu’aux miroirs de l’âme.

Le reste est déjà oublié.
La plume s’en est chargée.

CaRoline D.

Du trait

Carnet d’août 1

Les figures apparaissent
sans peine
comme déjà inscrites dans le papier
Carnet d’août 2 j

Je les laisse s’étendre
dans le quadrilatère blanc papier
casser les angles
Carnet d’août 3

tourne la page
déjà une nouvelle fenêtre à démaquiller
un miroir d’eau en vérité

La partition des couleurs

La partition des couleurs

Je m’arrange avec les couleurs
Je laisse un temps d’arrêt, pour les surprendre.

Le peintre est au spectacle entre deux couleurs
Il prend le temps de renier l’habitude de l’accord
Se force à goûter la dissonance
Mélange le clair à l’obscur & aux complémentaires
Peux tu imaginer un vert bronze plus sombre prés du bleu délavé ?
Il fait de l’accord une partition, une prédiction
Anticipe déjà un nouveau mélange
La surface colorée

Le tableau sera une surface sonore à observer.

J’yb en mirliton


Dans un même instant de la vague
naît un poème sans y voir.
Entre les épaules & le ciel
le chaud calé de l’anthracite.
Qu’ainsi se chantent la mer, le sombre
& la robe du temps.

Caroline D.