Couvert

Le couvert 1

Un bouton de rejets de ronces et de branches.

À peine un monticule de brindilles sèches,

Rassemblées en attente, prêtes à bruler.

Dedans, des nids où sommeillent des mulots

Et la nuit, fugitifs, ils en sortent furtifs.

~


La fleur tendre est fraiche et son parfum entête.

Le pétale a été lentement grignoté par l’insecte,

Puis, gavé, il s’envole goûter ailleurs la suite.

Il laisse dans les courbes géantes sa marque,

Un reste involontaire de table mal débarrassée.

~

Le couvert 2

Mirliton

Air de Java

La nuit inassouvie garde à la lampe

Le lecteur en haleine, en attente.

& sous le couvert des mots, trémolos,

Y’se prend derechef pour l’héros.

~

(Qu’est ce qui lui prend à l’hélico?

Java à nous tourner la tête.

L’air à l’entête du pas chaloupe,

Illico, il lui hache ses mots.)


& pis, l’innocent gamberge,

chavire l’écarlate du lit,

dérange savamment les plis

& pis, doucement, délie

Les rubans d’sa chemise de nuit.

~
& chaloupe un air de piano, à courte paille,

Grelot, gros dos à gogo … tout l’tremblement.

La nuit affutant les couteaux,

Chevauchant la piste d’la gazelle,

Il lui mit un peu trop prés, aimant,

D’un doigt, offusquer la Rosette.

~
& pis sans arrêt, sans un mot, à quatre pattes

Alléchant, souvent goûter sa bouche coquette.


Mirliton

Grave

Là haut, l’étendue des branchages

 Qui enserre la chapelle 

& des oiseaux partis qui y  cachent un nid.

À la renverse,

Des feuilles dessèchent

& les racines s’accrochent au terreau. 


Le hasard des lumières pense en hublot,

Sur une découpe en planche,

En forme de ciboulot. 

Mirliton

 

Col de cygne, beurre d’escargot

( air affable)

Tout à son habitude d’explorer le rivage.

L’oiseau aime surtout la lumière des couleurs 

& à paraitre soyeux sur un lac vert opaque.

~

L’immaculé navire accoste dans un nuage.

Une coque de gâteau, une crème en traineau,

Un son de crapaud sur un air de trompette,

Maladroit à la marche, il s’ empêtre à l’envol .

~

Mais le cygne flotte. Garde sa ligne de flottaison.

& dérive d’un lent mouvement de tête, 

Parodiant l’essence en suspend de la danse.

~

Au bout de sa piste luisante ,

Le dos rond, l’œil en lanterne, 

L’insensible mouvement de mollusque

S’offre au regard du plumeau.

~

Pierre /ciseaux, coquille à bec,

Chacun arme à sa manière,

Son corps au désir du beau.
Mirliton

Loup y’es-tu?


Dans le noir, la cachette où tu trembles,
Ne pas trop s’enfoncer dans le bois quand les feuilles bougent.

À p’tits pas, surtout ne pas craquer les branches.


& toi, tu t’arrêtes à attendre,

mais d’autres oreilles en pointes

Sont là dans un coin à entendre.


La nuit des éclaireurs au blanc de l’œil,

Imprécis et palot, où un reste de fleurs grises sombre.

& le loup, gris aussi, y’est’y lui dans l’ombre ?

Mirliton & Rouge des près

Lignes de fuite

20161213-012119 AM.jpg

Un rien nous guide, marque le sol
De quelques traces; une présence humaine
Trace un zébrage vibrant de contresens,
De courbes qui te détournent de la voie unique

20161213-012258 AM.jpg

Une profondeur en friche, humide,
verte de quelques mousses agrippées,
Bleue, fenêtres murées en zones peintes
& sombre et grise d’être délaissée.

20161213-012416 AM.jpg

Ou plus simple, cherchant un nombre d’or,
La façade vitrée, défoncée, bricole son étalage
& là, sourde de marques dispose les matériaux
Aux rythmes d’un tableau, en surface.

Mirliton

Rideau!

20161128-013734 PM.jpg

À s’assoupir dans un monde de détails,
L’appareil en fait des manières.
Le cadre aspire à tord dans un coin,
Zieute sous les dentelles de poussières.
Pour assouvir son envie d’improbables,
Son objectif mélange ainsi les matières.

Mirliton

20161128-013958 PM.jpg

J’Y photos

Border Line

En piste, la scène limite ses écarts.

Suspendue et plantée sur des aiguilles très fines,

La tourlourou, très cuir, luisante s’égosille

& monte sa silhouette en haut de ses talons.

Recroquevillés et finissant en pointes,

Ses pieds sont coincés au fond de ses bottines.

Le mollet reste gonflé, bloqué par l’extension

& sa voix, trémolos, (par moments) chevrotine.

Quand après le concert la v’la qui décanille,

Elle échappe aux lumières, court derrière en coulisses.

À petits pas serrés, proche du déséquilibre,

Elle se presse sous l’emprise d’une envie subite.

Mirliton
Photo Rouge des Prés