Brownien

Un sentiment de figuration

~

L’ abstraction naïve

D’un fouillis aux allures de jungle.

Au détour du chemin tu t’emmêles.

Tu t’en mêles ?

Vague retour à l’âme, là bas pas d’horizon,

Le flou d’une ligne invisible d’arbres palpite en fond

& d’étranges volatiles en immobiles plantons.

~

La pose suggère un certain abandon,

Une sensation que l’on reconnait au crayon

& le sombre déjà vu d’une figure d’illusion.

~

Mirliton

Points de vue

Un courant invisible

l’argent plaqué d’un miroir

Des arcs en deux pas enjambent

Les rives en fouillis d’herbes rares.

Mirliton

Le pénitent

Le pénitent

~

L’habit brume sombre,

S’Irrite d’un vert cactus.

Reclus,

Dans le noir d’une capuche,

Ses pensées s’excitent.

~

Un corps lentement défile

Tellement bon à rêver,

Ciné

Qu’il tourne encore

Dévidant sa mémoire.

~

Mirliton

~

Statue de l’effrontée

~
J’te voyant bien tout en malice,
K’a venu glissou sa menotte
Jusqu’au fond d’sa culotte
Même qu’ j’y ai dit ma p’tite mie:
« Minou, j’y dit l’mot très doux,
Vient’ en ici chippie su’lit
Que j’te délice, que j’te délace. »
Mignotte te v’là lasse, Élise,
T’auras pu k’à t’y laisser fondre,
Katie, yeux roulants su’l’dessud’lit,
Alanguie la lippe à l’eau
& K’à l’ailloli enfin l’élue dort.
Elle est en or, mon adore.
~
Mirliton