Un bon fond

20110728-020709.jpg

Publicités

Une histoire du feu

20110717-035544.jpg
Souvent, ils remarquaient de la fumée qui s’élevait d’une forêt & une rumeur publique racontait que ce feu était celui d’une femme appelée Nui Nzé.
En ce temps là, les chiens parlaient avec les hommes.
Ceux-ci envoyèrent un de ces fidèles compagnons, appelé Lomva Bongo, pour aller observer ce qui se passait dans la forêt.
Il fallait pour cela traverser la rivière.
Or les chiens ont toujours froid lorsqu’ils sortent de l’eau.
C’est pourquoi, ils’approcha du feu sur lequel une femme génie de l’eau faisait griller des amandes.
Le chien se coucha près du foyer & découvrit que les flammes le séchait agréablement.
Lorsqu’il fût sec, il vola un brandon & revient vers les hommes.

In » le temps des rites en pays Wuli » de Viviane Baeke

Diner des philosophes

20110708-031023.jpg

Jeu d’été de  Paul : Les règles de jeu sont sur wikipédia

Le problème

La situation est la suivante :

  • cinq philosophes (initialement mais il peut y en avoir beaucoup plus) se trouvent autour d’une table ;
  • chacun des philosophes a devant lui un plat de spaghetti ;
  • à gauche de chaque plat de spaghetti se trouve une fourchette.

Un philosophe n’a que trois états possibles :

  • penser pendant un temps indéterminé ;
  • être affamé (pendant un temps déterminé et fini sinon il y a famine) ;
  • manger pendant un temps déterminé et fini.

Des contraintes extérieures s’imposent à cette situation :

  • quand un philosophe a faim, il va se mettre dans l’état « affamé » et attendre que les fourchettes soient libres ;
  • pour manger, un philosophe a besoin de deux fourchettes : celle qui se trouve à gauche de sa propre assiette, et celle qui se trouve à droite (c’est-à-dire les deux fourchettes qui entourent sa propre assiette) ;
  • si un philosophe n’arrive pas à s’emparer d’une fourchette, il reste affamé pendant un temps déterminé, en attendant de renouveler sa tentative.

Le problème consiste à trouver un ordonnancement des philosophes tel qu’ils puissent tous manger, chacun à leur tour. Cet ordre est imposé par la solution que l’on considère comme celle de Dijkstra avec sémaphores ou Courtois avec des compteurs.