Remuante

Remuante

La nuit était fragile
Quand sous son air de geai
Le souvenir des corps qui exhalent
Une saveur de lave
Un bouquet de sueurs
la laisse sans sommeil
L’œil dans l’ombre écarlate.

mirliton


C’est tout le balancement qui change
de la nuit et du jour,
le sentier du rêve qui se perd
dans l’aube qui approche.


Et tandis qu’elle s’enveloppe
d’un long morceau de temps,
le ciel enlace la montagne,
fidèle à son rose serment.

Caroline D.

Articulations



Des mots zarticulées
aux rotules, aux phalanges
l’épure garde la trace
de présences changeantes
promises à la réclame
sous forme de chanson.

Ainsi la balançoire
mouvement ondulatoire
se prête à l’illusion
n’ayant de forme stable
que dans l’amplitude
de son oscillation.

D’un crayon leste & fin
suivant le métronome
cherchons l’intérêt pendulaire
de cette distraction
& attachons nous à rendre
cette balancelle plus aérienne.

mīrlīton


Et l’arbre qui s’épanche
en branches tout autour
& le ciel qui se penche
pour nous parler d’amour.


C’est d’aimer à se perdre
dans un trou tout là-haut
pour un morceau de bleu
à s’en laver les yeux.


Au vent du pendulaire
de l’extraordinaire –
dans les bras d’un géant,
redevenir le temps.


Caroline D.

« Au vent du pendulaire »,
bats, lent soir…

Diptyque ô taquet

Frayeurs

Frayeurs
🧞‍♂️
Dépêche
déjà la nuit se voile d’un fond de ciel noirâtre
Les ombres des frayeurs te coupent même le chemin.
🧞‍♂️
N’empêche
Chaque bruissement de suspendre l’arrivée des étoiles
& t’écoutes en secret le cœur de ta peur battre.
🧞‍♂️
mįrLītOn


Viens-t’en, dit Chaperose à l’enfant déroutée
la peur trouve son plaisir à être déjouée

🧚🏻‍♂️
Mais avant qu’on s’en aille…

Vas-y voir le raton affalé sur sa branche
et chante-lui qu’il sache :
🧚🏻‍♂️
… Ton matin emballé sur un bleu d’océan
entre mine d’esquisse et vent de papier blanc
un bonheur déroulé tout d’azur et de sang…

Il bat dans son bruissement
le coeur du coeur du monde
et berce le mirage dessus vagues & flots
qu’encore on se laisse prendre aux mots


🧚🏿L’ange bleu a trouvé sa route 🧚🏿


carOline D.

Femme grenouille

Femme grenouille
🧚🏿
À prendre ton élan en ressort
Ton idée, tendre l’arc au départ
& l’essor du mouvement : parabole
🧚🏿
Mais comment prévoir gagner l’envol
quand prise du désir indéfini d’espace
tu voudrais suspendre à l’instant
l’inéluctable gravité de la chute?
🧚🏿
« Tu cherches tes ailes, grenouille
aux regrets des ricochets,
à la merci de l’arrivée,
Tu rejoins,triste, ta flaque. »
🧚🏿
mìíRlįTon
Blanche d’Espagne

De mémoire



🌑
🌬De mémoire d’éléphant
Longtemps lointain
Un souvenir d’enfant
Remonte des oubliettes
L’infini océan des pensées
D’où s’échappent
Rires, poursuites, cachettes
crier, bouder
Retrouver les visages
Laissés dans le marc de café
& S’endormir enfin content & fatigué.

🌑mìRílîtOń🌑

Kinklañ

🌑
« Ces ombres se figurent sortir, fuir du cadre
Un temps dans le faisceau d’un théâtre éclectique.
Elles gesticulent, s’activent à découper l’espace
& se figent en une pose, la figure agitée de grimaces. »
🌑
Mirliton

🌑
« Partout oui, les visages méfiants et les regards béants
Qu’on les orne de bleu et d’oeuvres gymnastiques
& que par la chimie – si incendiaire soit-elle –
s’ouvre le couloir vers le ciel. »

⚪️caroline D.⚪️

L’alliage

Lorsque quelques heures sont passées sur le tableau, où depuis déjà longtemps le dessin est là, posé, fixé, interrogatif ;
reste à choisir des couleurs.

Un velours dans les sombres, brun rouge de tenture ou vert d’ombres
& l’indécis des clairs, un gris pointe polaire dans un vert à la limite du bleu ou un jaune délavé jusqu’à l’acidité.

Plus le nombre de teintes augmente, plus l’alliage est délicat. La couleur baisse le contraste du dessin mais crée l’ambiance, le climat de l’histoire, la perspective .

L’image commence à s’imposer , l’œil a retenu la figure et peut continuer , même la nuit ,à réfléchir aux teintes, à la pose. Revenir sur la tableau, reprendre la partie et savoir quoi faire.
Les journées se succèdent à polir l’accord, à chercher à le rendre d’un désir incomparable, à donner la larme à dessein.
« L’au revoir. »
Peintures sur bois
j’ybeaujean 2021
⚪️
⚪️
🌑mirliton🌑
☁️
🌬jusqu’à ce qu’il apparaisse
dans le sens
de la nuit
là où se succèdent souvent
les teintes indécises
ou du jour
en plus sombre peut-être
mais plein du désir qui monte
c’est ça
on voit déjà la pointe claire
et le dessein des larmes
même sur le velours
⚪️
⚪️ caroline D. ⚪️
⚪️

Panne d’essentiel

La panne d’essentiel
………….
« …Plus de vol, c’est bloqué
Plus de course dératée
De noir de fumée
La salle est fermée
L’écran halluciné
D’ herbes folles à brasser

…..
Ça , çà va pas marcher!
La mine déconfite,
Elle saute la barrière
S’accroche la culotte
S’écorche aux barbelés
Obligée de se mettre
Des huiles non essentielles
À divaguer, la folle évadée. »
…….
J’yb en Mirliton
…….

Bitume

Bitume
🌑
Quand la nuit se lève doucement
arrosée d’un filet de crachin,
s’illumine un miroir de bitume.
Pas de bruit au tournant,
le rond point est déjà sur ses marques
& les lumières filantes rebondissent sur l’asphalte
où le bleu donne aux noirs un semblant de couleurs.
🌑
Mirliton
🌑
Bouquet de lune
Si j’avais su que vous passiez par là
à cette heure du soir où la lumière chante
Si j’avais su que vous passiez par là
j’aurais fait un bouquet avec des fleurs de lune
et vous l’auriez trouvé serti dans le bitume
un bouquet de lune sur la fin du jour
comme on fait à l’ami un… bonjour !

🌑
caroline D.
🌑
⚪️

Oiseau

Encres verte & noire sur bois 80/60cm 2020
Peinture j’yb
🦚
Au pas du chasseur d’images,
l’oiseau se dérobe
craintif
au moindre frémissement
crissement de feuilles mortes
reste caché ,
mêlé au sous bois & muet,
L’œil aux aguets.

……. mirliton……….

Mais dès lors qu’il s’envole
pour y voir d’en haut,
le voilà qui oublie, l’oiseau,
la peur qui le tenaille.
On le voit qui s’emporte
de bonheur et d’errance,
l’océan est si vaste
qu’il invite au voyage.

……… caroline d………

IF, le temps suspendu

Le temps suspendu

Voilà un joli jour de pluie, murmura-t-elle,
en regardant d’en haut, le dos tourné,
l’eau qui rigolait jusqu’en bas.
C’est sûrement le chemin des choses, chuchota-t-il
⚪️
… ou voulais-je dire celui des roses?
Bah, je ne sais plus, mais chose certaine,
les gouttes s’y prennent à merveille
quand elles se pendent au fil du temps.
⚪️
La fille s’était tournée vers lui.
L’histoire pourrait commencer là, dit-elle.
Deux murs blancs à la chaux anglaise
et un tout beau de l’imparfait.
⚪️
Et lui de susurrer :
Qu’il ne vous en déplaise, l’amie
mais je mettrais dans cette histoire
un vieillard à lunettes
avec son cornet plein de glaise!
⚪️
Si, si, si.
Ça me va, lui dit-elle.
Et moi de mon côté j’y verrais bien un arbre,
un beau conifère à fruits rouges.
De la famille des Taxaceae…
⚪️
caroline D.
🌒

Faire la tête , mines de plomb

Le temps ne changeait pas le lien
À son cou pendait un médaillon,
Trop grand pour un bijou,
Un talisman alors ?
dedans, se dévoile la mèche,
une boucle fine d’enfant.
🌗🌓
Mirliton
🌓🌗
Et tout ça la prenait si fort,
lui venait comme un vent d’avant,
un souffle resté de l’enfance.

On ne tue pas la beauté.
On se souvient, c’est tout.
⚪️
caroline D.
🌑

L’effacée

L’effacée

Elle se détache de l’ombre de la salle,
nue comme un ver luisant.

Mon souvenir s’enveloppe d’elle,
son parfum me reste longtemps.

Elle se drape de noir sous la cendre,
auréoles pointées en avant.

Lente ,elle traverse sa toile
la veuve, ce soir m’attend.

[mirliton]
🦚
C’est qu’elle fait fi de la bêtise
collant son âme à celle du vent
environnée par ce qu’elle sait
être l’écho de ce qu’elle sent

⚪️
C’est de la vie dont elle se vêt
et s’approche sans peur
que par la grâce se dévoile
le bleu des femmes hirondelles.
🦚
]caRoline D.
[

Profil ( la perspective des sombres )

La perspective des sombres

Peut être une possible modulation de teintes sombres

considérée comme une mise en perspective.
Non pas l’illusion d’un clair obscur

mettant en volume un corps ou un visage
mais une profondeur de champ,

une graduation ressentie comme espace.
🧶
Peinture sur bois. 80/120 . J’y b.

⚪️
À ses yeux
⚪️
Le mouvement déjà y sait.
Le sombre parle comme il entre
et la beauté s’y cale encore,
soudée au précis du visage.
⚪️
C’est le moment exact
où la profondeur se fait chair.
🧶
caroline D.

L’éclair urbain

L’éclair urbain
*
La passerelle aux pointillés d’éclairs
Transforme la nuit en guirlande électrique,

*
Quand tu t’balades en suivant ces guides,
Ton ombre tourne, danse;ils t’illuminent.
*
« Mirliton! »
*
🌓
L’échappée claire

Des avenues sans sens
où flamboie l’azur
même à bleu de béton

De verts d’eau
en silence d’envers
pour autant d’ombre à dire

« Caroline D. »
*

Kémé Birama

Peinture / bois. J’ybEaujEan 2020
*
Kémé Birama

Lorsque gorgée du temps
La terre sombre en mélancolie

De l’épopée nous reste
Le grain sourd de la nuit
& La chaleur qui hante
& sa voix en roulis.

!mirliton!
*
Écoutez
https://youtu.be/O3VSg04i18g
Épopée Bambara
Chanteuse / Djalimuso
Nantenedi Kamissoko
*

Par des roses d’iris
pénètre une musique.
Orage bleu en permalien,
elle sait bien que le monde change.

Devant l’écart des lèvres
et le doux des épaules,
elle en appelle à l’aube
pour y goûter le temps
et la grandeur du monde.


°cArOlInE D.°
.

la,la,la(nocturne)

la,la,la(nocturne)
⚪️
La lune doit rebondir sur la dune
pour que le sable frise en vagues.
⚪️
La chaleur transpire encore du sol.
⚪️
La voie lactée traîne en banderole
un ciel épinglé dans la toile.
⚪️
🌗mirliton🌓
|\|

💎

Et mon coeur suit la vague.
Propice bris de mer.
Et mon âme de la terre
se déploie et s’emmène.
Jamais que ça à faire
suivant la chose humaine.
Quand cette chose éclaire
d’en être belle et tendre.
🦚
CaRoLiNe D.
🦚