IF, le temps suspendu

Le temps suspendu

Voilà un joli jour de pluie, murmura-t-elle,
en regardant d’en haut, le dos tourné,
l’eau qui rigolait jusqu’en bas.
C’est sûrement le chemin des choses, chuchota-t-il
⚪️
… ou voulais-je dire celui des roses?
Bah, je ne sais plus, mais chose certaine,
les gouttes s’y prennent à merveille
quand elles se pendent au fil du temps.
⚪️
La fille s’était tournée vers lui.
L’histoire pourrait commencer là, dit-elle.
Deux murs blancs à la chaux anglaise
et un tout beau de l’imparfait.
⚪️
Et lui de susurrer :
Qu’il ne vous en déplaise, l’amie
mais je mettrais dans cette histoire
un vieillard à lunettes
avec son cornet plein de glaise!
⚪️
Si, si, si.
Ça me va, lui dit-elle.
Et moi de mon côté j’y verrais bien un arbre,
un beau conifère à fruits rouges.
De la famille des Taxaceae…
⚪️
caroline D.
🌒

Sous terrain

~

Le sol accumule

En couches, de fines poussières.

Une suie qui s’infiltre,

colorée grise,

Qui descend,

Cherche l’interstice.

~

Dés qu’une porte s’ouvre

La lumière suit le même chemin

S’engouffre

Rebondit aux murs

S’étouffe dans l’ombre.

nous guide vers le haut.

~

Mirliton

Tirer le portrait

~

L’appareil intéresse, ( ? )l’attraction du quidam

Au réglage, le soufflet se déplace ]>

Le visage se dessine sur le verre dépoli ^¥^

~

Attendons que le nuage passe…..🌥

Chacun retient son souffle {…}

Un silence, un sérieux de façade

& quand revient au rayon le soleil🌞

Regarde! clic! 🗯

« bientôt tu verras au bout du doigt l’oiseau ».⌛

clac!🗯

~

Mirliton

Art involontaire 10 (Section Espaces &Tableaux)

Couloir

Le mur n’est qu’une peau

Pour en colmater les blessures

Nous devons délimiter une surface,

Un sparadrap au ton nouveau;

Faire oublier la ligne des fissures

& Faire apparaitre l’intention en plan.

~

Ou encore,

Ailleurs, la transparence de coupe

laisse des signes opaques en filigranes,

Une possibilité d’imaginer derrière l’image

le reste caché et la réalité dépoli d’un plan.

~

Mirliton

Sous la plage


En surface, le sable fin est doux & tendre,

Apprenti géologue, il creuse des terriers.

La galerie s’enfonce, devient  puits

& il sent sous ses doigts venir l’humidité.

L’eau grise s’étend au fond & effrite les cotés.

Il remonte une bouillie de grains et de graviers

Qu’inlassablement il dépose en mortier.


Après, on ira se promener ?

Mirliton