À la dérive

Peinture sur bois 2021 j’ybeaujean
⚪️
À la dérive

En oubli des caciques en décalcomanies
Elle s’échappe & découpe son unique traversée
Qu’elle plisse , oh! m’épuise, puise & pisse,
écope , trou d’étoupe; elle, toute pâle & lisse
barque raz bord & elle, charmante, hélas chavire
Douce comme la réglisse sur un lit de plumeau,
elle s’écoule en feuille, en fille au fil de l’eau
Après, dégouline, elle sort nue du naufrage
Noyée légère, sans vie, sous un ciel de corbeaux.
Heureuse dame, te ressens l’âme houleuse.

Mirliton

⚪️
Dessous un ciel de nuit et un grillage d’aube,
une rose devient bleue au pied d’un coeur de lune.
Tout le corps y trouva ce que l’âme inventa –
un grand rire sur la tête, un soleil d’imagine.
Les mouvements de lumière sont des caresses vives.
De quoi s’assoir parfois, de rives en dérives.

caroline D.
⚪️

L’alliage

Lorsque quelques heures sont passées sur le tableau, où depuis déjà longtemps le dessin est là, posé, fixé, interrogatif ;
reste à choisir des couleurs.

Un velours dans les sombres, brun rouge de tenture ou vert d’ombres
& l’indécis des clairs, un gris pointe polaire dans un vert à la limite du bleu ou un jaune délavé jusqu’à l’acidité.

Plus le nombre de teintes augmente, plus l’alliage est délicat. La couleur baisse le contraste du dessin mais crée l’ambiance, le climat de l’histoire, la perspective .

L’image commence à s’imposer , l’œil a retenu la figure et peut continuer , même la nuit ,à réfléchir aux teintes, à la pose. Revenir sur la tableau, reprendre la partie et savoir quoi faire.
Les journées se succèdent à polir l’accord, à chercher à le rendre d’un désir incomparable, à donner la larme à dessein.
« L’au revoir. »
Peintures sur bois
j’ybeaujean 2021
⚪️
⚪️
🌑mirliton🌑
☁️
🌬jusqu’à ce qu’il apparaisse
dans le sens
de la nuit
là où se succèdent souvent
les teintes indécises
ou du jour
en plus sombre peut-être
mais plein du désir qui monte
c’est ça
on voit déjà la pointe claire
et le dessein des larmes
même sur le velours
⚪️
⚪️ caroline D. ⚪️
⚪️

Lune rose

Lune rose

Une chienne fourbue
allongée sur le flanc.
Un ciel en couverture
La lune rose est pâle
comme une langue
lente en dérive dans
l’univers de l’ombre.
Le regard bleu gris
de la nuit qui arrive
à percer les nuages.
………….
Mirliton
………….
Et le bleu coule infiniment
du fond de l’aube.
L’instant de mettre au monde
approche.
Et les yeux sur la lune
suffisent à vivre.
🌬
……………. caroline D. …………

J’y beaujean nov 2020 peintures sur bois au verso .40Fig.

L’assise

Peinture / bois . 80/120cm .
J’y beaujean . Août 2020
💎
« Je sais l’épuisement
la brisure du vent
la mue des corps vivants
et l’attente qui lie

La poussée se fait longue
mais le ciel reste ouvert
de souffle en force étroite
l’horizon se déploie

Quand les larmes et la mer
sérénadent les corps
la noyade n’est jamais
celle de ta beauté «
🌊
💎 caroline D.💎

Kémé Birama

Peinture / bois. J’ybEaujEan 2020
*
Kémé Birama

Lorsque gorgée du temps
La terre sombre en mélancolie

De l’épopée nous reste
Le grain sourd de la nuit
& La chaleur qui hante
& sa voix en roulis.

!mirliton!
*
Écoutez
https://youtu.be/O3VSg04i18g
Épopée Bambara
Chanteuse / Djalimuso
Nantenedi Kamissoko
*

Par des roses d’iris
pénètre une musique.
Orage bleu en permalien,
elle sait bien que le monde change.

Devant l’écart des lèvres
et le doux des épaules,
elle en appelle à l’aube
pour y goûter le temps
et la grandeur du monde.


°cArOlInE D.°
.

Personne? (1)

Rébus?


Perdus,loin du conte,
Sans nouvelle des compagnes,
Ils cherchent hors cadre
D’hypothétiques complices.

Peinture 100/80cm j’ybeaujean 2020
*
Bien sûr,
l’attente.
Et le bois et la lettre
pour le refrain des bleus.
L’épaule reste basse
et le cou détendu.
Aussi longtemps
que se penche l’oiseau
sur le renard qui rêve,
son bonheur sur le dos.
*
°} caroline D. {°
!

Extrait lunatique

Extrait lunatique
~
Avant de s’éventer,
Elle s’évada,
S’évanouit,
Dénudée
dans la nuit.
*
La belle ensommeillée
En coiffe éventail
Sa peau bleuet
sucrée salée
L’illumine.
*
Les yeux fermés,
Un parfum d’étoile,
La vraie voie lactée
Constellée
De rousseurs.
~
🌓Mirliton🌗
~
!
Veneris
!
À vent de voile, les yeux
Bleus ici, bleus là-bas
Cent fois bleus d’océan
*
La tête penchée
Et l’échelle en offrande
*
À sang donné d’immensité
Tant de couleurs
En valse belle
~
🌗caroline D.🌓

*

Portrait imaginaire 3

Peintures sur bois -100/80 – j’y beaujean – 2020
*
Combien tombera-t-il
de jade et de corbeaux
où le corps in situ
y prend l’âme d’assaut?
Pour autant qu’il se rive
à la vie toute entière
et coule de feuilles tendres
et de brûlures vives,
c’est la peine parente
sur l’envol du matin,
l’abandon tout de bleu
dans l’espoir à s’y faire.
Il y eut la main chercheuse
qui allongeait les doigts.
Depuis la peau qui ose
l’ambrosiaque overdose.

°} caroline D {°

Un chemin tracé d’ocre

Un chemin tracé d’ocre.
~
Autour, la florescence,
en courbes, en oriflammes
qui naviguent au vent
avec un bruit très lent.
~
De grandes feuilles déployées
s’échappent à mes côtés;
je les frôle, elles me guident
& balancent un moment.
~
°} mirliton {°
~
(Peinture sur bois 100×80)
j’Y.b
~
& mon coeur qui se mêle
à la danse des jours,
pieds nus dessus l’argile
à y toucher l’amour.
*
& mon corps qui se prend
aux nervures de tout
issues de matière d’âme,
de poussières de nous.
~
🌬caroline D
^

Certaines résolutions

Certaines Résolutions
~
Brûler de désir
la langue du poète
Juste pour enflammer ses lèvres.
~
Fausset
~
L’après midi sans voix,
dire les mots qui déclenchent
une vague d’avalanche.
~
Y’aller piano
~
Caresser l’idée
de pianoter en dos
les aigus des vertèbres.
~
Saxo
~
Sourire aux lèvres,
suivre in extenso
la courbe d’une hanche.
~
Batterie
~
Baisser les yeux,
à la croisée des jambes
sans cesse trépigner.
~
Au cœur du rebond
°} Mirliton {°
!
Peintures sur bois 100×80
j’Y bEaujEan -avril 2020
!
Échos lointains
*
À s’inventer de dos
contre un beau bois de lune.
*
Long contralto de veille
*
Une ligne de désir
insinuée sur le sable.
*
Une note de mer
*
Un printemps exigu
sur une portée claire.
*
Aucun bémol à l’horizon
#
[caroline D.]
!

La fabrique des images

Portrait imaginaire
Peinture/bois •100/80•2020•j’yb
~
La fabrique des images
Reste ouverte
Quand le nez au vent des tempêtes,
Cloitrés dans nos cabines,
un fou de Bassan survole
La cabane qui grince des dents.

~
Gardez l’œil a l’écran
Que nos esprits voyagent
S’échappent,se retrouvant
ensemble toujours maintenant.
~
Nous n’y verrons pas d’histoire
Pas de défilés arrogants
Mais le silence des images
Où les souvenirs se puisent,
Où se dessinent les semblants.
~
Amical Mirliton
~
*
~
Qu’on m’y voie ou qu’on m’y voie pas,
je plonge dans ce bleu des yeux
Le monde appartient au soleil
et au clair d’un regard
Aux oiseaux sur les rochers blancs
qui font fi de nos fièvres
À ceux qui s’abandonnent au vent
Et au rose d’un ciel.
~
Caroline D.
~
*

L’amazone

À

~

Chercher aux antipodes

l’équation à une inconnue

Gratter la terre plate

L’horizontale en large

Cultive le paysage.

~

*

Peinture sur bois •100×80 • j’ybeaujean • 2020

~

Assise dans les nuages

Rester là,accrochée à une place

L’âme au ciel

À forger les images

À tendre des mirages.

~

Mirliton.

~

*

~

On s’en voudrait de n’avoir pas le temps
Devant les cercles poudreux de chaleur
Les ciels bleus de bonheur
Et le monde devant soi
On s’en voudrait, n’est-ce pas.

Caroline D.

L’élégante

~

Peinture sur bois 80×100~ jean yves beaujean 2020~

« Taupe & puce »

~

Chatouilleuse?

~

La douceur du pinceau

À la couleur tendre

Donne la chair rose poule

Au grain de la toile

~

Mirliton

~~

~

À y chercher le temps

elle retrouva l’aurore

et le vent

qui trainait avec elle

Elle entendit l’oiseau

et le trait prononcé

d’un vert cerceau de plaine..

Anne, ma soeur Anne,

saura-t-on voir le ciel ?

~

Caroline D.

~

Les choucas

Le soir tombant,

Les choucas rejoignent

des interstices de toits,

des cheminées, des soupentes

où se trouvent

leurs nids de petits bois.

~

Mirliton

~

Peinture acryl/ toile 2019 j’ybeaujean

~

Et il arrive parfois,
de nuit ou de jour, qui sait?
qu’un gazou s’attèle
à belle capture.
Y tendre une toile tendre.
Question de les aimer.
Sans les déranger.

~

Caroline D.