La femme hirondelle

La femme hirondelle

D’en haut, les voyages ressemblent à de lointains rivages
& L’air où l’on se pose, emporte la voile au large.
La terre prend des allures froissées de cartes
Où se balance, en un rêve immobile, un corps léger de femme
Une hirondelle éprise de soleil qui dérive noire d’orage
& ses lèvres s’entr’ouvrent pour qu’une plume parle,
Parte, se décolle du naufrage & cherche dans sa chute l’extase.
⚪️
Mirliton
⚪️
Ni de s’attendre au ciel, dit-elle.
Ni aux chemins dormants.
On n’y voit bien le temps qu’à hauteur d’âme.
Sans jamais trop savoir. Ni le bleu ni le noir.
Sur les lignes de brumes comme sur les courants.
Dans les vents comme ailleurs.
Au jour du temps qui passe.
⚪️
caroline D.
⚪️

L’oiseau de nuit

L’oiseau de nuit
🌑
À la lampe, le livre ,
une « histoire de la nuit »
(Laurent Mauvignier)
m’entraine dans le silence.

Mais un souffle soupire
( vent fort, risque de bourrasque)
frappe au carreau*.
Dehors m’appelle &
la nuit noire scintille.

Moi, je sors & je fais l’engoulevent
J’avale la moindre brise.
🌑
Mirliton
🌑
*(Oh!Caro, t’inquiète, c’est l’épaisseur de l’air!)


⚪️
En équilibre sur le matin laiteux
la neige forme de grands bancs
immobiles et liquides

Sur le trottoir d’en face
des corps humains se glissent

Un seul moineau pour braver la blancheur
et avaler le froid brûlant
Mais il en viendra d’autres

En attendant, la nuit se repose
et l’engoulevent sans doute

⚪️caroline D. ⚪️

Oiseau

Encres verte & noire sur bois 80/60cm 2020
Peinture j’yb
🦚
Au pas du chasseur d’images,
l’oiseau se dérobe
craintif
au moindre frémissement
crissement de feuilles mortes
reste caché ,
mêlé au sous bois & muet,
L’œil aux aguets.

……. mirliton……….

Mais dès lors qu’il s’envole
pour y voir d’en haut,
le voilà qui oublie, l’oiseau,
la peur qui le tenaille.
On le voit qui s’emporte
de bonheur et d’errance,
l’océan est si vaste
qu’il invite au voyage.

……… caroline d………

Icare

Icare


L’ange dénudé s’apprête,
fabrique une gabrielle,
se drape d’un empennage
& se montre à l’envie
allumant les regards .

Dans la nuit étoilée,
dans le noir de la salle
Icare brille écarlate.

Les lumières le détaillent,
couvent son anatomie
& ses regrets s’envolent
quand dans ces yeux qui brillent
il retrouve son désir de baisers.
🌬
Mirliton
Photo j’y beaujean
🎴
De toutes ces histoires
qu’on pourrait chuchoter…
comme celle du gars qui prie
au ras de ton visage,
ou celle du singe qui rêve
le coude contre ta nuque…
de toutes ces histoires, dis-je,
je dirai seulement
que le bleu qui t’emporte
vers un vert soleil
te va infiniment
de corps et de merveille.
Bon désir et bon vol, Icare.
🌑
🦉 caroline D.🦉

Jouet

~
Plastique irréprochable,
Dans le bain,
J’fais l’halluciné
La pente est savonneuse
(pas m’mettre d’la mousse aux yeux)
~
& puis, quoi, jamais j’coule,
Je le suis même plutôt.
Pluto, c’est un ami
Qui galère sous l’lit
Que j’retrouve la nuit
& qui tient bien au chaud.
~
*
Mirliton!
*
~
Et moi j’te suis…
Non mais t’y penses
Dessous l’vrai ciel
Y a d’autres comme moi
Qui s’la coulent douce
Sur des eaux claires
Des lacs tranquilles
Loin de la ville
Et moi dans c’bain
L’halluciné
J’ai d’la mousse jusque
Dans mon nez…
*
~
*
Caroline D.
~

Navigation

~

De mémoire de coton,

Femme blanche,

oublie déjà les soins

que tu donnes en pâture!

~

L’eau n’est qu’une sensation,

Flamme blanche,

Douce & fraîche évasion.

Tu t’y glisses en bouchon.

~

Soie sombre de l’onde,

Le fil de l’eau qui

Plisse au moindre geste.

Tu t’embarques au rivage.

~

Léger moteur de palmes,

Col de cygne.

À ton embarcation

Tu ajoutes ta figure de proue.

~

Mirliton

Picoreurs

Certain picoreur

invétéré,

préoccupé de la moindre miette,

Au petit matin, au café,

se faufile en douce sous les tables.

Peut être un espoir

d’éclats adorés de croissant?

~

Mirliton

Entre le mauve et

le turquoise,

le bleu qui se prend à rêver

d’oiseaux de café et

d’ardoise

et d’ambrosiaques

quartiers de lune.

~

Caroline D.

Faire un signe

Faire un signe,

une sorte de cygne,

Signer la nature.

~

En la hiéroglyphant,

tu te trompes!

~

Un zeste d’enfant.

L’éléphant leste

singe la rature.

~

Mirliton

~

Où pointer l’index a suffi
pour inventer le ciel.
Réinventer
l’éléphant et le reste.
D’autant que chaque fois
le jeu se prête au cygne.
Pareil au ruisseau d’âme
et au geste d’enfant.

Caroline D..

Les choucas

Le soir tombant,

Les choucas rejoignent

des interstices de toits,

des cheminées, des soupentes

où se trouvent

leurs nids de petits bois.

~

Mirliton

~

Peinture acryl/ toile 2019 j’ybeaujean

~

Et il arrive parfois,
de nuit ou de jour, qui sait?
qu’un gazou s’attèle
à belle capture.
Y tendre une toile tendre.
Question de les aimer.
Sans les déranger.

~

Caroline D.

L’appel

🌬Écho & Silhouette

~

le voyageur dessine son chemin dans le sable,

l’orteil s’inscrit dans l’histoire du paysage.

Trop heureux de briser le silence du désert,

il répond à l’ oiseau qui passe.

~

Parfois, elle aussi chemine

& se souvient des mots, les lisse.

L’écho, cet étrange vent de signes,

lui revient comme oiseau qui passe.

~

Mirliton