Divaguer

(Peinture sur bois-2020)
*
Divaguer
~
Arrondir les anges
~
Tourterelles sans aile
~
Les pictes s’expliquent
~
le tournis Coriolis
~
En volant d’hélice
Hélas entre en lice
La malice élastique
d’un saut en précipice
~
Mirliton
~
*
~
Vas-y, j’te vois,
Nage jusqu’au coucher de lune
Le ciel dans son allant
Sera partant de nous
Et le jour, joli fou
N’y verra que du temps
Alors vas-y, vers ça
Vases communicants
Le jour versera
Mille champs en pignons
Près de nids bien rondelles
En bordure de l’étang
Où la grande diva
Embrasée sur le bois
Qu’elle soit gation ou pas
Y est encore si belle…
~
Caroline D.
~
*

La fabrique des images

Portrait imaginaire
Peinture/bois •100/80•2020•j’yb
~
La fabrique des images
Reste ouverte
Quand le nez au vent des tempêtes,
Cloitrés dans nos cabines,
un fou de Bassan survole
La cabane qui grince des dents.

~
Gardez l’œil a l’écran
Que nos esprits voyagent
S’échappent,se retrouvant
ensemble toujours maintenant.
~
Nous n’y verrons pas d’histoire
Pas de défilés arrogants
Mais le silence des images
Où les souvenirs se puisent,
Où se dessinent les semblants.
~
Amical Mirliton
~
*
~
Qu’on m’y voie ou qu’on m’y voie pas,
je plonge dans ce bleu des yeux
Le monde appartient au soleil
et au clair d’un regard
Aux oiseaux sur les rochers blancs
qui font fi de nos fièvres
À ceux qui s’abandonnent au vent
Et au rose d’un ciel.
~
Caroline D.
~
*

L’amazone

À

~

Chercher aux antipodes

l’équation à une inconnue

Gratter la terre plate

L’horizontale en large

Cultive le paysage.

~

*

Peinture sur bois •100×80 • j’ybeaujean • 2020

~

Assise dans les nuages

Rester là,accrochée à une place

L’âme au ciel

À forger les images

À tendre des mirages.

~

Mirliton.

~

*

~

On s’en voudrait de n’avoir pas le temps
Devant les cercles poudreux de chaleur
Les ciels bleus de bonheur
Et le monde devant soi
On s’en voudrait, n’est-ce pas.

Caroline D.

L’entrevue

La lumière des voiles

~
Mise à nue, lente , elle s’éternise,
Cache sa pâleur, sous un drame interlope.
*Luisante de sueurs, l’abandon l’interloque*
Elle s’enroule, pâlit,femme vive,
un suaire doucement l’enveloppe.
~
« La nuit, veux tu voir une teinte?
-L’ardent charbon me tente.»
*Dans ses yeux, luit un miroir sans tain*
Un soupçon d’ombre semble l’avoir éteinte,
Alors,elle reste en dedans,
en eau, en fuite, en cendres*
~
*
~
Mirliton
~
La patine des jours
~
Elle regarde les fantômes
s’éterniser sur l’étamage.
Se confondre et se perdre,
et s’étaler sur son image.
Jusqu’à voir autrement le monde.
Elle rêve comme rêve l’arbre.
Vêtue d’écorce, tendre et dure.
La neige peut être moins froide.
Et les feux moins brûlants.
Mais ardente ou voilée, la matière subsiste.
Belle d’eau vive ou de poussière.
~
Caroline D.
~
*
~

Icare

Icare s´y prépare, se colle,

S’habille en noir de plumes

Semblant l’oiseau qui vole

& prendre l’air déjà

d’un rêve d’aventure.

~

Mirliton

~

Et même si à genoux

au seuil de son regard

un autre lui redit tout ce qu’il sait déjà,

la vie reste la vraie joueuse

et elle enflamme son rouge pion.

~

Caroline D.

~

L’élégante

~

Peinture sur bois 80×100~ jean yves beaujean 2020~

« Taupe & puce »

~

Chatouilleuse?

~

La douceur du pinceau

À la couleur tendre

Donne la chair rose poule

Au grain de la toile

~

Mirliton

~~

~

À y chercher le temps

elle retrouva l’aurore

et le vent

qui trainait avec elle

Elle entendit l’oiseau

et le trait prononcé

d’un vert cerceau de plaine..

Anne, ma soeur Anne,

saura-t-on voir le ciel ?

~

Caroline D.

~

Le répit

Le répit

~

Peinture sur toile 2019/ j’ybeaujean

~

Entre eux,

La caresse prend l’accent d’un répit.

Ils ronronnent sous la langue,

Se lèchent des blessures

& le temps d’un repli,

Ils se redonnent la force

D’affronter dans la course

Les morsures des ronces,

La griffe des épines.

~

Mirliton

~

~

Quand leurs couleurs se mêlent

d’entre la chair et l’âme,

le ciel s’ouvre à nouveau.

Tout redevient possible.

Les baisers trouvent l’oeil

comme des gouttes d’eau,

des ondées salvatrices.

~

Caroline D.

~

Figures

L’élégante

~

Géante emmitouflée

La crête vire écarlate

L’ombre sur le nez

L’hiver fourrée, gantée

L’envers de soie léger.

Casaque rayée.

~

Figures

~

Lassée des entrelacs,

Petit chat entre pas,

La rate tutu est là

Déjà joue les grands bras.

~

Blessée des roses d’acier

l’entrechat à petits pas

L’écart…saut de coté,

Retombe, souliers pointés.

~

Encore … Recommencez!

~

~

Robinson a crû Zoé

~

Vient-en,j’m’en va t’aimer!

Te laisser m’enlacer,

Mimer des zébats doux zosés

& m’bécoter à la rose l’adorée.

~

Mirliton

~

~

Et l’hiver fut géant.

De quoi mimer l’écart, le pas léger,

sur un grand lac d’acier.

Jusqu’à même la crête écarlate

au petit vent de rose.

Et c’est tant mieux, bien sûr.

Puisqu’avec ses souliers

d’amours ou d’entrechats,

elle embrassa son ombre

et enlaça le monde.

~

Caroline D.

~

Fée débutante

Qui n’a pas voulu être fée débutante?

~~~

À sa gauche, au collet rose, la fée mère regardait ailleurs

lorsque dans son petit esquif, la débutante prit le large.

Les songes seraient ce qu’ils sont, elle le savait déjà.

Ne lui restait qu’à voyager, conscience et boules de gomme,

à coups d’ailes et d’amour

& de grands éclats de rire.

~

Caroline D.

~

Cache~cache

Cache-cache

~

Sous l’emballage

percent quelques feuilles.

d’un vert sombre de vessie.

~

Artichauts repliés sous une visière cristal

~

fleurs de roches? de tranchée?

~

Dans un papier froissé, tu caches

des pétales recroquevillés.

~

Mirliton

~

Il se cache des fleurs

de cristal d’artichaut

dans les replis du cœur défroissé

Caroline D.

La poupée

~

Là, la poupée s’articule.

T’en explores la plastique

Molle & douce sous l’habit

Tu soulèves un froufrou

Dessous de toile fine

Culotte à l’élastique

Ses yeux se ferment

& s’ouvrent à la renverse

Longuement, tu soignes sa tenue,

Désarticules sa gymnastique,

La brosses et la rhabilles.

~

Mirliton

~

Crève cœur

Figés dans la pâte à papier

La gélatine brillante

De l’éclat du passé,

Ces témoins inconnus

Jamais ne se sont rencontrés.

Fixés. L’action est de ne pas bouger,

D’imiter une fumée

Qui rêve d’images

Comme un lent nuage passé.

Mirliton