Tanguer à Venise

La lagune immobile où passe l’embarcation,
Frétillante d’amour, fait bouger les maquereaux,
& la voix éraillée d’un pizzaiolo (défroqué)
Qui rythme à la barre les clapots.

Quand au meilleur passage,
le doux chant,en ut, des poissons, s’élève du caisson
Ça plonge le marin saumâtre dans le soupçon?

Vol de Jack , paroles du Mirliton

20130401-101817 AM.jpg

L’ennemi du liseron

20121206-071228 AM.jpg

Sous son air de sphinx,
Endormi,
La chaleur du midi
Brûle les impatiences.

Accroché
Aux veines des planches,
Sèches comme des sillons,
Le contact du métal
Aux pattes, est un supplice.

Mieux vaut attendre le soir des papillons,
Dans les champs, sur les murs des fortifications
& aller dévorer sans trêve les liserons.

Photo Jack & texte Mirliton