L’armée des Ombres & son Général

20170212-011507 AM.jpg

Par dessus les toits,
ne vois-tu pas en sillons rangées,
ces têtes émergées
aux regards crénelés ?
Gangrénée par la mousse ondulée,
l’Armée des Ombres attend l’Hiver, annoncé.
Bientôt, d’un même souffle cendré,
elle découpera le ciel à la lueur étoilée….
Déjà, le général exulte !

Rouge des Prés

20170212-011812 AM.jpg

Publicités

Loup y’es-tu?


Dans le noir, la cachette où tu trembles,
Ne pas trop s’enfoncer dans le bois quand les feuilles bougent.

À p’tits pas, surtout ne pas craquer les branches.


& toi, tu t’arrêtes à attendre,

mais d’autres oreilles en pointes

Sont là dans un coin à entendre.


La nuit des éclaireurs au blanc de l’œil,

Imprécis et palot, où un reste de fleurs grises sombre.

& le loup, gris aussi, y’est’y lui dans l’ombre ?

Mirliton & Rouge des près

Border Line

En piste, la scène limite ses écarts.

Suspendue et plantée sur des aiguilles très fines,

La tourlourou, très cuir, luisante s’égosille

& monte sa silhouette en haut de ses talons.

Recroquevillés et finissant en pointes,

Ses pieds sont coincés au fond de ses bottines.

Le mollet reste gonflé, bloqué par l’extension

& sa voix, trémolos, (par moments) chevrotine.

Quand après le concert la v’la qui décanille,

Elle échappe aux lumières, court derrière en coulisses.

À petits pas serrés, proche du déséquilibre,

Elle se presse sous l’emprise d’une envie subite.

Mirliton
Photo Rouge des Prés

Flottement à l’arrivée

20161101-041226 PM.jpg

À demi au sommeil du voyage,
Encore là- bas, maintenant là.
Le train s’est posé & se vide ;
La gare en trait d’union m’emporte
harnaché de paquets et de sacs.

Le flot remonte le quai.
Au bout comme un flottement,
Le quai des arrivées.
Si quelqu’un t’attendait?
Te dira t-il: « Comme tu as changé! »

Mirliton/ photo Rouge des Prés

Bananes volubiles

20130722-075403.jpg

Acclimatés,
Les fruits, en haut, tirent la langue,
Sous les palmes des feuilles géantes.
Les serpentins roulent des trilles
À des insectes ivres d’exotisme
Qui transforment le miel en iles.

Plus loin,
La vahiné assoiffée, décoiffée, déchaussée,
mousse dans le lait
& nappe la tarte d’une peau,
Une crème, qui lentement fige,
À l’ombre des frigo.

Mirliton

Toilette Dame

Toutes viennent vérifier l’éclat de leur image,
La glace renvoie à chacune l’envers d’un visage.

Mais aussi, furtivement, elles s’observent,
Se jettent en oblique un regard inquisiteur.

.

20121115-103223 PM.jpg

Fardées depuis l’aube, elles corrigent leur face,
Avant de retourner dispenser leur grâce.

M la Maudite bête

20120514-113412 PM.jpg

L’ objectif , l’alarme à l’oeil,
La noire esquisse un pas de glisse,
M loin du prés, déséquilibre
La gueule en biais,en sang qui pisse,
Fatiguée du moustique qui brille
& vrille sa toile, l’agite & tisse.
Le vertige me vient, un voile se grise,
S’arrêter, enfin, de tourner en rond,
& m’ouvrir la veine jugulaire,
Eclabousser le nez de l’avorton.

Photo: Rouge des Prés

Rouge des prés

20120217-012337.jpg

Il faisait froid.
La griffe du vent lui tranchait la hampe.
Le Boeuf avait l’onglet.
Un filet de lumière filtrait d’un gîte à la noix du côté des Basses -Côtes.
 » Quelle veine grasse se dit-il !
Je taillerais bien la bavette avec Aiguillette,
cette macreuse de Baronne ! « 
Mais il n’avait paleron….
Sa poitrine se souleva,
il allait flanchet
et tourner le dos quand la porte s’ouvrit :
C’était son jumeau ! …. (A suivre)
Quelle vacherie la vie !

PaTriCia (morceaux choisis)

20120217-012556.jpg