Naïve chanson

Peinture sur bois 70/89 j’y beaujean
⚪️
Naïve chanson

Les bourgeons au bout des arbres
Se tendent & du bout des lèvres,
Des oiseaux inquiets se chantent,
D’arbre en branche, la fin de l’hiver.



Les fenêtres chauffent aux rayons.
Derrière, baigne une douce paresse.
Ton bleu ciel de papillons,
Viens reprendre les caresses.

Le sol s’ouvre sous l’impression.
Dehors, pointent les premières graines.
Les lombrics sortent & se taisent
Quand fredonnent les mirlitons.

Mirliton

⚪️
Postlude

lapin joli
lapin midi
qui saute au ciel
et à l’envie

ciel de maïs
et terre de lait
serait-ce pour l’amour
d’une rose ?

une chanson
comme de raison
trois petits tours
et mirliton


🌬caroLine D.
⚪️

L’esthétique du drame

Répartition / photo j’yb

Pythagore s’ acharne : noires ou blanches?
c’est égal! Géométrise la gamme.
Explore l’écart du clavier, divague.
Pythagore picore quand Steve Reich,
de long en large, défie la gamme.
Alors chavire, exalte l’audition.
Découvre l’amabilité du drame.
Drape de sentiments la trame;
Du joli, du poli à refaire la larme.
L’harmonie l’arme toujours d’un brin de rouerie.
&
au final, recherche
déjà dans le noir des yeux
l’étincelle humide d’un regard conquis.
Celle là? oui!
L’excitation au corps retenu,
la belle inconnue a une âme,
un vibrato en adéquation.
💎
Mirliton
⚡️⚡️⚡️
et la mer et le bord
sans voile de partance
pour y vaguer de l’âme
et y noyer le corps
ainsi, dit-on
l’oiseau te portera
par-delà le navire
dans les coraux du fond
de chromosomes en trajectoires
dans le noir d’orange poussière
où rien ne disparaît
ni ne change
d’y être tout
💎
caroline D.
⚡️⚡️⚡️⚡️⚡️

Kémé Birama

Peinture / bois. J’ybEaujEan 2020
*
Kémé Birama

Lorsque gorgée du temps
La terre sombre en mélancolie

De l’épopée nous reste
Le grain sourd de la nuit
& La chaleur qui hante
& sa voix en roulis.

!mirliton!
*
Écoutez
https://youtu.be/O3VSg04i18g
Épopée Bambara
Chanteuse / Djalimuso
Nantenedi Kamissoko
*

Par des roses d’iris
pénètre une musique.
Orage bleu en permalien,
elle sait bien que le monde change.

Devant l’écart des lèvres
et le doux des épaules,
elle en appelle à l’aube
pour y goûter le temps
et la grandeur du monde.


°cArOlInE D.°
.

Divaguer

(Peinture sur bois-2020)
*
Divaguer
~
Arrondir les anges
~
Tourterelles sans aile
~
Les pictes s’expliquent
~
le tournis Coriolis
~
En volant d’hélice
Hélas entre en lice
La malice élastique
d’un saut en précipice
~
Mirliton
~
*
~
Vas-y, j’te vois,
Nage jusqu’au coucher de lune
Le ciel dans son allant
Sera partant de nous
Et le jour, joli fou
N’y verra que du temps
Alors vas-y, vers ça
Vases communicants
Le jour versera
Mille champs en pignons
Près de nids bien rondelles
En bordure de l’étang
Où la grande diva
Embrasée sur le bois
Qu’elle soit gation ou pas
Y est encore si belle…
~
Caroline D.
~
*

Chavire

Chavire

~

Dans mon sommeil, une barque,

Sous le feu, sous la lame,

décroche une flamme.

~

Un chat rigole en masque,

Son masque laid grimace,

Rigole en cascade.

~

La chouette, elle, me frôle le visage,

Eventail de caresses,

Monte mon désir de lèvres.

~

Mirliton

~

Et l’instant qui chavire
sur les lèvres en sommeil.
Le masque se fait cascade,
et le visage, caresse.

Caroline D.

Couple

~
Comme aux parois d’une grotte
Chaque relief prend vie.
(La nuit toujours propice)
~
Les Associés timides encore
Se balancent en couple,
(la peur d’être seuls)
Se livrent à découvert
À chaque différence
Toi, les cotes du dos,
Moi mon sexe intérieur
L’œil, aussi, plus beau,
& la courbe qui tente
Vibre en microsillon.
~
Ici la différence
Crée l’exploration
L’autre, énigme,
Qui veut bien se laisser parcourir.
~
Mirliton

Vert pianiste

Vert pianiste,

~

Le siège est vermoulu, cramoisi, en velours.

Elle, elle reste sage, figée, pâlotte

Même si sa menotte sortait de sa culotte,

la belle s’ingénierait à paraître innocente

~

& quand, longtemps coincée sur l’assise molle,

Elle sent monter un point, une douleur vive,

Elle n’ose plus bouger, de peur d’être prise

La larme triste à l’œil et la mine grimace.

~

Elle regarde passer la pendule….

lente.

Le piano qui clapote,

Quand les cordes se tendent .

~

« Vivement que les marteaux enfin se cassent,

Que ne vibre plus en pics dans toute ma carcasse

Tout ce tintouin d’enfer d’harmonie pâle.

Que se taisent les notes, que je parte, que je rentre

Rêver d’un bain chaud au creux d’un nu délasse. »

~

Mirliton

Une gallo romaine

Pays d’oubli ( Lamento )

J’allais te dire

Partir, la roue tournait,

serrée, dans ta cage dorée,

J’adorais au creux te garder

Garder ton secret sommeil.

~

J’aurais dû t’y suivre,

Pars! Courir ton sentier

Envolée, gorge serrée

Je ne retrouve plus en creux

La chaleur du lit parfumé.

~

Plus voulu de caresses,

Moi qui buvais ta bouche

Partie, ma belle lassée

Tu oublies, enfin t’essaies,

La prison d’être aimée.

~

Mirliton

~

Breloque

Breloque
~
Ailé en or serti,
Bronzé pale vert de gris,
Tu t’acquittes de ta tâche
Taquines, troubles & grelottes.
~
Ton pendentif actif balance,
Se glisse sous la chemise.
~
Accroché à sa chaine
Comme un lépidoptère,
Il dessine la lumière
Qu’un décolleté attise.
~
Mirliton