Histoire de chaise

Osier,

1890-1900

Monsieur Jacques, tout jeune,

Enrubanné, se montre dans le jardin,

en pied sur le fauteuil d’osier,

Fier de tenir depuis peu son équilibre.

Il s’applaudit d’être au centre des débats,

Rit de l’attente d’un p’tit oiseau

Surgissant de l’étrange soufflet corbeau

& sa mère en coulisse s’apprête à la dégringolade.

Mirliton

Dehors

  

Accoudée au relax déployé,

Installée au creux. Autour, 

Le silence aux aguets.

Les feuilles, seules, semblent agitées

Et tu sombres au bord du laisser aller,

Quand un sursaut de plumes, d’envolées.

Les chants qui reprennent dans les branches

T’éveillent.

Tu refermes les yeux et l’espace t’apparaît

Courbe, construit de trilles en mélodies,

La perspective s’éloigne de tous cotés.

Mirliton

Libellule

20140419-030922 PM.jpg
1860

Ben oui! Libellule!

Compte trente!
Le déclencheur grignote
Je m’accroche à la chaise,
Je regarde le photographe,
Lui aussi en suspend.
Une mouche, un ange passent,
N’auront pas l’air impressionné
Faut encore tenir longtemps?
Ça me chatouille
J’vais éternuer, c’est sûr!

Quatre coins

20140402-055931 PM.jpg
Vers 1900/1910

Bien que les temps de poses aient changé,
Le souvenir reste tenace de la photo bougée.

Quand serons nous libre de nos mouvements?
Au dixième? Au centième?

Agrippez chacun un pied,
tenez bien la sellette!
& surtout pas bouger!