Byéri Fang

Byéri Fang

~

Elle vaquait en esprit.

Quelquefois des flots

De pensée en pensée

L’animaient loin d’ici.

~

Le paysage fouetté

D’une onde verte ,

D’un tremble courbé,

S’accrochait au coteau.

~

Elle tremblait, elle aussi,

clouée au bord de l’eau,

Restait figée, pensive,

sans avoir l’air d’entendre

~

& prenait, du Byéri,

Sans savoir, la pose.

~

Amical Mirliton

Publicités

« Va pas trop loin! »

~

Le motif tendu en seconde peau

Sur un bout de serviette

Un coin de plage des dames.

Elle appelle son enfant.

~

« Va pas trop loin! »

Pour causer en maillot.

~

Peut être iront elles,

un peu plus tard dans l’eau

Ou simplement attendre.

Enfin …. passe un rayon,

Qui perce les nuages.

~

« Y’ fait même pas très chaud. »

~

Mirliton

À l’amble

~

Un balancement de bras

Jambes & bras à l’amble.

Un sable tendre de plage

Qui s’enfonce en sourdine.

~

La lumière qui s’échauffe

Devient bientôt cuisante.

Le torse s’enroule de chaud,

Le dos se plait à l’ombre.

~

La mer s’échappe, revient,

fraîche & frissonnante

À lécher le badaud

À rafraichir les plantes.

~

Mirliton

~

La grande barbouilleuse

La grande barbouilleuse qu’est l’imagination superpose ainsi au monde primaire de la vision, un monde secondaire de prestigieuses icônes qui ouvre à l’ostentation une carrière pour ainsi dire infinie » Jankélévitch

Nez au vent

près des vagues

Un bruit de coquillages

L’air emporte les nuages,

Chasse un ciel d’images.

Après un bain, attendre

Je devine qu’elle frissonne

Encore humide, elle sèche,

& ouvre les doigts en peigne,

& lisse & aplatit

Enroule en boucles tendres

Sa fourrure en roulis.

Mirliton

Construction

Chaque dessin doit être prêt à tout réinventer.

La courbe cassée comme une côte de rochers.

Un trajet.

La forme est ce sentier côtier où chaque pas est la découverte d’un nouveau panorama.

La forme en panorama.

Le corps est délié de sa description .

L’œil abandonne une rapide ressemblance pour une ligne musicale.

La beauté n’est plus dans le sujet ou dans la pose mais dans le plaisir de la promenade, du parcours des détails des éléments du corps.

~

Mirliton

De dos

~

1

D’un trait

Tu plies tes plumes,

Écrases les mines

Ah! Rage de déraper.

~

2

& bain, couler

Dans les couloirs

À déborder de couleurs

un peu trop foncées.

~

3

Enfin seule su’ l’papier,

À grimer les sommets,

Les sonnets à grimaces

À affoler la déesse à fanes.

~

Mirliton

~

~

Clochette

~

L’enchanteuse met ses dessous fanés.

D’une mélopée elle tire la larme,

Crisse le gravier, raye le clavier.

Ses dents vibrent à fond le gosier.

~

Quand l’élégante s’égosille,

Sans ciller, sans rechigner,

Elle ouvre ses lèvres & lisse

Son rose tendre secret.

~

Mirliton