Ashanti

Kumasi

~

Quand les belles

Traversent dans Kumasi, Kejetia, le marché ,

Leurs pagnes vibrent aux couleurs du soleil

& fières d’être Ashanties, elles redressent la tête.

Des enfants les suivent aux détours des étals,

Ils rigolent & leurs tendent de petits sacs

En réclamant un sou, juste un petit sou le sac.

~

Mirliton

 

Publicités

Portraits probables


Au contraire d’Alberti,

pour qui le portrait doit « rendre les absents présents »,

Un visage imaginaire anticipe une présence.

Demain il trouvera peut être sa vraisemblance

Aujourd’hui trop tremblant pour être ressemblant,

Il n’est encore qu’ hypothétique  » ressemblable « .

L’idéal de la figure se superpose aux approximations.

À l’ovale, l’arrondi impose une douceur

habillé d’un rien , coiffé d’un volume de traits,

L’imprécis devient un mouvement,

Le naturel de l’attitude rend possible l’apparition.

 Mirliton (fait des réflexions!)

La cascade

 

La douche en cascade dévale son cou lisse.

Un bruit électrique d’eau frappe aux carreaux.

Des cascadeurs louches détalent en cuisine.

L’échine bouillante, fouettée d’aiguilles,

elle suffoque sous l’eau, (souffle l’otarie),

garde encore en bouche le goût de la mousse.

Sur la vitre, les gouttes de buée condensent,

s’agglutinent et dansent lentes en serpentes.

Elle sort en nage & glisse dans l’éponge du peignoir.

Mirliton

L’éclatante

20160830-115347 AM.jpg

Pas prête,
Elle aime quand le regard
Se pose sur elle, l’arrête en future Ève.
Elle si légère ou dévêtue, tendue,
Qui pose au miroir une requête.

Un sourire rose aux lèvres
Te laisse deviner l’écrin.

Exposée,
Maintenant la voila en tissu,
À l’ombre, l’arc des baleines
Gonfle la toile du parasol .
Dessous, à l’abri,
Blanche se confond d’aise

L’éclat de ses yeux,
Ses deux braises cernées de charbon.

Mirliton

20160830-115506 AM.jpg

La femme hirondelle

20160527-103239 PM.jpg

Dans le noir, brille le feu de la piste.

D’aventure la femme est invisible,
Pourtant, tapie dans sa place au donjon,
L’impalpable reine des airs,
La femme joue à être l’illusion, l’hirondelle.

Est elle :
L’ hirondelle éloignée d’un faubourg?
La queue d’aronde effilée en pointes sèches?
La tête ronde inquiète en boulet charbonné?

Attifée de plumes en flèches à déployer,
Sa voile prés du corps, l’éventail est rangé.

Familière des rumeurs des alcôves d’étable,
À l’abri dans la grange où sèche déjà la paille,
Dans un coin de charpente, la terre du nid bave
Un trou rond, l’entrée, longtemps lissée au bec.

Dedans, elle se change et se jette en étoile,
déployant d’un coup sec des ailes de papier
&, s’en allant défier l’harmonie du public,
Elle défile, là bas dans un coin de vallée,
Sur des fils où s’accrochent déjà les autres notes.

Un soir, j’aimerais sentir son regard sous sa note.

20160527-103554 PM.jpg

Bayou

20160411-040753 PM.jpg

Perdue dans le marais, enlacée par
Des herbes aquatiques ou par des feuilles
Qui fanent & tombent, encombrant le passage,
Tu contournes ce fouillis végétal
& patauges dans la vase.

Autour, le bois gonflé d’eau moisit, dérive.
Toi,tu suffoques quand la moiteur du Bayou
charge l’air d’une épaisse humidité crasse.

Mirliton

Perrette

20160217-034724 PM.jpg

La poucette des barrières,
rumine, prenant l’allée,
s’éclabousse dans les flaques.
Elle, elle traine des pieds,
la glaise collée aux basques
quand faut chercher le lait,
Faut y’aller!
Cette Perrette s’en balance
& le pot dégringole, sonne
les cailloux du chemin.
Des génisses un peu folles,
dans le champ d’à coté,
s’en étonnent & détalent.

Mirliton

Frimousse

20160115-061836 PM.jpg

Expansives
Remous dans le verre des blondes,
La mousse s’attache aux babines,
D’élégantes frimousses dansent et gloussent
Crachent la mouche, toussent l’écume.

Doigté,
À l’autre bout, plus tendre,
Le piano tremble cherchant des doigts,
Tangue les blanches dans le noir,
Touche le noir de la romance.

Missive
D’ émois qu’elle tache d’encre,
Lui, laisse la main qui s’éternise,
L’air de rien, elle fredonne, donne,
Donne raison à la chanson triste.

Cœurs
Blottis au creux de la chambre,
Leurs regards couverts de silences,
Semblant surpris de leur bêtise,
redécouvrent l’âge d’être tendre.

Mirliton