Zinc & guinguette 


Au zinc, à faire un rien grise mine,

La midinette médite le nez dans son vin.

Triste, noyant d’eau son anisette.

Un bel adonis sort clandestin 

Lucie hallucine, grimpe, bêle,

grince des dents, grimace.

Indécis, le dieu toujours déçu descend.

Imbécile, le traitre fuyant la dépasse,

Malpoli, irritant tournedos.

Le bel ado laissant là la belle

Sans son numéro d’appel, 

Sur sa faim, elle, le nie & le renie, l’irritant.


Mirliton pour La Desprée

Alouettes


La piste rebondit aux miroirs d’une boite à musique,

La danse y étire d’athlétiques tendons.

Des tendrons qui défilent, des félines qui s’échinent

À dessiner du bout du doigt des signes dans le vide

& la nuit, sous des regards hypnotiques,

Elles forment un centre, un creuset qui s’illumine.

Mirliton

« Ignatz »

20140225-011652 PM.jpg
À Krazy Kat

C’est vrai!
À la malice des souris,
nous n’avons rien à opposer.
Une envie de se faufiler,
Elle s’arrête,
S’ étonne, assise sur son train de pattes.
Elle cherche un grain, une miette.

Drame:

Alors en fermier sûr de son bien,
Carnassier! Engrangeur!
Prenez donc vos ratiers serviles,
Vos compères des gouttières
Pour pourchasser le souriceau,
& vous gamines,faites nous des mines,
Quand se pointe le moindre museau.

Vilaines!

Ainsi la fille est complice par sa terreur de miss.
Elle voudra escalader la chaise,
Lever sa jupe jusqu’aux mollets
& d’un cri qui sonnera l’appel,
Trouver l’occasion d’les montrer!

D’abord les souris dansent!

L’envolée

20140222-023826 PM.jpg

Otto Lilienthal, perches de bambou, haubanées,toile cousue,
L’oiseau en cerf-volant s’élance dans le vide,
Un bond de quelques centaines de mètres,
Perfectionnée par des milliers de vols
La structure glisse et coupe dans les couches d’air,
Jusqu’à se rompre le cou!

Otto Lilienthal 1848-1896