Vol au vent

Rien ne presse, presque ……………………….Suivre sa piste
l’allure des petits pas, …………trace la ligne des pointillés
un peu hautaine. ………………………en trouver l’équilibre
Au croisement du regard ……………..une balance d’aigus
ne te retourne pas. ……………………..courbes aux volants.

mįrlįTōń

Facettes

Facettes
🌕
Premier couplet

Quand tu te grises & danses, virevoltes,
t’installes, madone du dancing
tu lèves la poussière, te penses sirène des toupies
fleur, jupe ombrelle & propres souliers lacés
adorent quand tu uses, rayes le fil du plancher.
Bravache, l’étourneau, un sot sombre héros
ourdit un complot : toujours t’étourdir de mots.
🌕

Refrain

Tourne un peu la tête, ma Mire ma belle
girouette, ton axe de bilboquet
Penche sur toi même, dépêche tes mirettes
Facettes, tu vois ta vie filer

🌕mirliton🌕

La cadence

La forme en cadence

La suie du crayon dérape
& griffe d’un dessin le grain du papier
Quand une gomme arrive & bave
Elle salit, l’illusion d’un terrain vague
La forme n’est plus qu’une cadence
qui gesticule dans le cadre.

Mirliton

Retour de toupie

retour de toupie
*
Pas de deux, seule, l’entrechat
le clandestin rit sous cape
Pointez,lancez,l’épate quoi!
elle se lasse du tourniquet
d’être muse à corps perdu &
retourne au miroir s’y mirer.
Lala,lui,se tourne: « Tu rimais?»
*
Mirliton
*
Elle revient, en repart
comme si la danse et
les dos qui se tournent
faisaient la tête qui se détourne
et les yeux qui se ferment.
Lala, elle, se tourne: « Tu m’aimais »?

*
Caroline D.
*

Z’où la zazou?

La Zazou dépliée
Comme une bille
Miroitait.
🦚
Resplendis dis donc !
Quitte ton siège
Va danser.
🦚
Fais nous ta mine
Tortille
Fleur de parquet.
🦚
mirliton
*
je l’avais vue hier
entre mine et fusain
la femme qui de dos
reprenait le chemin
*
quand j’ai voulu la suivre
mon corps s’en est allé
et mon coeur est resté
pris dans un entonnoir
*
ou était-il plutôt
pris dans un étau noir?
*
bref, ce matin la feuille
et la tendre vision
tirent mes yeux vers le lieu
où l’horizon s’étire
*
à chaque jour
les jours changent…
*
°[caroline D.]°

Les danseuses du sillon

Les danseuses du sillon

~
Les drôlesses s’égaillaient dans la nature,
pareilles à des oiseaux, à même le sillon,
arrachant d’une soif irrépressible
les mauvaises herbes, les chardons.
Une glaise collante que l’on malaxe
sous les pieds en faisait un plaisir attachant.
~
La confession du soir à la badine
ne permettait pas toujours de tout dire.
Sous la capuche, elles durent rire,
mais à la réflexion, prises de remords
comme soumises à un désir solitaire,
elles se forçaient à se tordre les mains.
~
}L’ancien Mirliton{
~
Le goudron avec ça.
Les confessions qu’on tait,
trop gluantes qu’elles seraient
pour les oreilles tendres.
Or si l’on doit tant s’y taire,
aussi bien s’égayer, disent-elles.
Bien enfoncer les pieds,
et le corps s’il y tient,
dans le matin venant.
~
°caroline D.°

Virevolte

Virevolte


~
Une révolution de ballet!
Rayonnante d’énergie,
Elle s’enivre & se grise.
Sous l’emprise des spirales,
Son vertige d’étoile la délasse.
~
En espadrilles, tu glisses,
Enroules
Un volant dérobant;
Dévoiles
le diamant des regards.
~
« Au hasard heureux de l’escarpolette ».
Dixit Fragonard
~
Mirliton
~
*
~
Ô mais l’aube…
Qu’on l’emmène elle aussi…
Les rêves coulent à flot
dessous les souliers plats.
Et regarde le temps
qui s’en donne à coeur vent…
Alors en balançoire, tout l’monde!
Et n’oublions pas l’aube
pour y semer le jour!
On n’a jamais assez de jour…
Ni de nuit, d’ailleurs…
~
Caroline D.
~
*

Tomber des nues

Tomber des nues

~

Sans caricature,

Le mouvement déployé,

Chacune d’ailes s’étire

Le corps articulé

En un langage de gestes

Déforme l’espace d’un instant

Un lit de sable ou d’herbes

Où s’étire l’allusive.

~

Mirliton

~

En mer rouge ou bleue,

à bras ouverts.

Sous un ciel blanc ou gris,

d’emblée dansante sans y perdre

dans l’ocre des jours et des nuits.

Son corps éperdu de renaître,

à chaque instant,

pour toujours à vents d’éphémères.

~

Caroline D.

~

Carnet

Marqueur sur papier chiffon.

Le papier est rugueux

Le feutre crisse

Patinage

Le papier absorbe la moindre goutte d’encre.

Comme un fleuret, je survole la feuille

& me laisse aller à l’ effleurer

Quand la figure m’apparait.

Ne pas trop en faire

Sinon elle se brouille.

~

Mirliton

~

Et le temps d’elle qui retiendra

d’un papier et d’une figure

un feutré d’âme en gouttes d’encre

semblable aux fleurs séchées devant.

Celles qu’en tombant la neige effleure

depuis des heures maintenant.

~

Caroline D.

Cake-walk

À voir absolument sur vos écrans:

https://fr.wikipedia.org/wiki/cake-walk

& maintenant donnons les langues au chat:

Allemand : wenn die Katze aus dem Haus ist, tanzen die Mäuse auf dem Tisch (de) (quand le chat n’est pas à la maison, les souris dansent sur la table)

Anglais : when the cat’s away the mice will play (en) (quand le chat est loin les souris jouent)

Chinois : 天高皇帝远 (zh) (天高皇帝遠) (tiān gāo huángdì yuǎn) (le ciel est haut et l’empereur est loin)

Danois : når katten er ude, spiller musene på bordet (da) (quand le chat est dehors, les souris jouent sur la table)

Espagnol : cuando el gato se ausenta, los ratones bailan (es) (quand le chat s’en va, les souris dansent)

Espéranto : kiam kato promenas, la musoj festenas (eo) (quand un chat se promène, les souris font un festin)

Estonien : kui kassid läinud, on hiirtel pidu (et) (quand les chats sont allés, les souris ont la fête)

Finnois : kun kissa on poissa, hiiret hyppivät pöydällä (fi) (quand le chat n’est pas là, les souris sautent sur la table)

Hongrois : ha nincs otthon a macska, cincognak az egerek (hu) (si le chat n’est pas là, les souris font du bruit)

Italien : quando il gatto non c’è, i topi ballano (it) (quand il n’y a pas le chat, les souris dansent)

Japonais : 鬼の居ぬ間に洗濯 (ja) (oni no inu ma ni sentaku) (le démon vient pendant le lavage)

Néerlandais : als de kat van huis is, dansen de muizen op tafel (nl) (quand le chat n’est pas là, les souris dansent sur la table)

Norvégien : når katten er borte, danser musene på bordet (no) (quand le chat n’est pas à la maison, les souris dansent sur la table)

Polonais : gdy kota nie ma, myszy harcują (pl) (quand le chat n’est pas là, les souris dansent sur la table)

Portugais : quando o gato sai, os ratos fazem a festa (pt) (quand le chat sort, les souris font la fête)

Roumain : când pisica nu-i acasă, joacă șoarecii pe masă (ro) (quand le chat n’est pas à la maison, les souris jouent sur la table)

Russe : без кота мышам раздолье (ru) (bez kota mycham razdol’e) (sans chat c’est la liberté pour les souris)

Serbe : где мачке у кући нема ту мишеви коло воде (sr) (gde mačke u kući nema tu miševi kolo vode) (où il n’y a pas de chat dans la maison, on trouve des souris)

Suédois : när katten är borta, dansar råttorna på bordet (sv) (quand le chat n’est pas là, les souris dansent sur la table)

Tchèque : myši mají pré (cs) (les souris dansent), když kocour není doma, mají myši pré (cs)

Télougou : రౌతు మెత్తనైతే గుర్రం మూడు కాళ్ళ మీద పరిగెత్తుతుంది (te) (Rautu mettanaitae Gurram moodu kaalla meeda parigettutumdi) (si le cavalier est mou, le cheval court sur trois pattes)

Vietnamien : vắng chủ nhà, gà vọc niêu tôm (vi) (propriétaire absent, les poulets fouillent dans les pots de crevettes)

Dompteuse de croco

Une belle Blandine,maitrisant sa terreur,

A conquis le gavial et lui donnant le rythme,

Danse un pas de deux, un tranquille quadrille.

En habit de vapeurs de pastels,

La fragile dompteuse, la fleur de la piste,

Pétille, étincelle. Une fée à croquer.

& la bête a la larme soumise.

Tous les crocos ne peuvent finir en sac

Et sans être charmant, le prince

voudrait l’être presque.

Mirliton

Champlevé (bal)

Que veux-tu?

~

Deux

une vision décalée,

Double, de l’épaisseur d’une vitre

Les frontières translucides de l’emprise

La succession d’empreintes.

~

Mille

Le temps dilaté,

L’oubli d’usages empiriques

Les mines contraintes grimacent

Courbées d’estime ou de suppliques.

~

Dix

Aigu et rond,

Disque d’acier impressionné

De graves sillons expriment

De vagues regrets pour l’arrogante bile.

~

Huit

Juste éclos

Répète en boucle, bouche en bec

Aveugle, l’affamé oisillon pleure

L’espoir d’être encore en lice.

~

Mirliton

Zinc & guinguette 


Au zinc, à faire un rien grise mine,

La midinette médite le nez dans son vin.

Triste, noyant d’eau son anisette.

Un bel adonis sort clandestin 

Lucie hallucine, grimpe, bêle,

grince des dents, grimace.

Indécis, le dieu toujours déçu descend.

Imbécile, le traitre fuyant la dépasse,

Malpoli, irritant tournedos.

Le bel ado laissant là la belle

Sans son numéro d’appel, 

Sur sa faim, elle, le nie & le renie, l’irritant.


Mirliton pour La Desprée

Alouettes


La piste rebondit aux miroirs d’une boite à musique,

La danse y étire d’athlétiques tendons.

Des tendrons qui défilent, des félines qui s’échinent

À dessiner du bout du doigt des signes dans le vide

& la nuit, sous des regards hypnotiques,

Elles forment un centre, un creuset qui s’illumine.

Mirliton