Parole d’Aigrette

Parole d’aigrette
☁️
Ma plume cavaleuse s’envole
sur la coiffe d’un robin malin.
☁️
L’aventurier des bois soudain
se retrouve à chercher un coin.
☁️
Moi qui le suis de ma branche,
Je vois bien que c’est un gamin.
☁️
Quand il s’oubliera sur les plantes,
J’irai récupérer mon bien.
⛅️
🦚Mirliton🦚

Sur l’intervalle humaine


La belle déposait des coeurs bleus
dans sa tête de nid.

C’est toujours ainsi, disait-elle,
que les oiseaux naissent.

Aigrettes sur le coup de midi
ou robins en caresse.


Il n’est point de paresse
dans le vent qui se donne.


🦚caroline D.🦚
💎

Nez en l’air

Nez en l’air

Brave, enfin le vent s’essouffle,
Prends garde à l’escalade, à l’escapade!
L’escalier marche encore le nez en l’air.
🌔
Toi,tu dévoiles ton parfum dormant,
Transparente comme une éphémère;
Parfait pour une nuit où tu rêves en marchant.
🌑
Mirliton
Collage Douarnenez j’ybEaujEan 2020
🌖
🌬D’aucuns la croyaient prisonnière,
une âme nichée entre les pierres.
C’est qu’elle y prenait tout son temps
pour humer la brume et le vent.

🌬caroline D.

mines de Gamines

mince de Gamines
*
La brebis belle dans son habit neuf
Étendue de serviette
S’adore emmaillotée.
*
*
Cheminent par deux
Les voisines complicité
…Ben oui, j’vais rentrer!
*
*
*
Vénus déguisée
Pommade de lézard
La fête peut commencer.
*
Mirliton🌬💨🌊
*
**

Oh! La fête, la fête!
On ira, dis?
On y danserait à moins, tu sais.
Alors la main au tourniquet,
qu’on m’emmène y aimer.
Et je serai au ciel, miel autant que miel.
Et en danse d’été, démasquée et nu-pieds,
j’en ferai ma moutarde.
Alors, ne tardons pas.
Le taupe et le vert sont complices.
On le savait déjà.
Complices.
Au moins autant que l’écrevisse
et sa tendre mélisse.
*
🤸‍♂️caroLine D.🤸🏿
*
*

Copieur!

Photographié
Par dessus l’épaule
~
Page blanche
pointe fine
~
En traits
Une mine noire gratte en lacet
Entrainé au passage des nuages
La figure s’imagine lui ressembler
La main gauche sculpte le virage
Le papier freine le dérapé
Un drapé doux de visage
N’est pas un front fripé.
~
Mirliton
~
*
On copie qui
On copie quoi
Et la trace
Monte, monte
Les yeux fermés
Tu l’y trouveras
Mine, mine
Cherche, cherche
Ce qui s’y trouve déjà
~
Caroline D.
~
*

Début

Mercredi 18 mars
…….

Dehors, l’activité s’endort
Le monde Occidental si frénétique
Oublie son avenir
& se carapate dans son donjon
Quand la ville assiégée par l’invincible minus
Ne sait plus que refermer ses portes.
……..
Nous nous sommes & restons attachés à notre port
& suivons aux fenêtres ouvertes le soleil qui se montre
Là bas la mer seule fait ses vagues
& les poissons , eux qui n’ont pas péchés
Sont sauvés et forniquent dans les eaux profondes.
……
J’yb en Mirliton
*
Silhouette/ première couleur
*

Tous ces lieux qu’on invente
comme autant de bateaux
amarrés dans le vide
À faire couler les heures
Naufrages – dans le jour à percer
le jour à fleur de coeur, oublié
et l’autre, dérobé
à fleur d’effroi
Et là, devant quelques hublots
en grands chevaux sur l’eau
toutes crinières au vent
l’attention et le geste
en mots et
silhouettes

Caroline *D

Autoportrait

Le mirliton

~

Le poète s’enflamme

Y’fait feu de tout bois

Boit, dérive, s’extase

Juste encore un doigt!

~

La poésie hésite

S’arrime à un son chaud

Sa voix clame & pensa

« l’enclume, chant du marteau!»

~

Le papier a la griffe

L’encre est enfin jetée

Le stylo bave, écume

des meilleurs bouts rimés.

~

L’oiseau qui passe hélas

dit en alexandrin:

« Sous couvert de bons mots,

Mirliton n’est qu’une plume! »

~

Morale

~

Moi , je pense que l’gominé

Genre canard laqué

N’est pas le mieux placé

Pour être un plumassier.

~

Non mais!

Mirliton

~

Il danse des oiseaux

sur ses ciels de papier

mais son dos se fait rond

et sa mine chagrin

~

« Encore la même chanson »

dit l’homme diligent

« le jour pousse chez moi

son camaïeu de rose.»

~

Et sur autant de pieds,

la muse qui entonne :

« Vous m’êtes enlevant,

de pinceau comme de vers. »

~

Morale

Chacun son ciel

Huit pieds ou pas

Le temps y fait

bien mieux que soi.

~

Merci Mirliton!

~

Caroline D.

Pose

Pose

*

Paroles de vestibule,

Vestale noire de pétales.

*

Catulle quitte le rencard.

*

Au parloir des bavards,

Il invective son amie.

Parlotes de trop boire…

*

Pourtant, il aime sa furie,

Il l’adule mais parfois elle l’oublie.

*

Vilaine, elle pose des lapins.

*

Mirliton