Penn sardine

Tes yeux grimés
de poudre d’escampette.
au loin,
le gris trouble de l’horizon
avec ces griffes d’arbres en branches
l’attente nait de l’illusion.

~
Mirliton

~
peinture sur bois.*2021* 120/80*j’y beaujean
~
🌕
Je deviens du bonheur, souffle-t-elle,
quand le rêve me reprend.
Quand couchées sur le bois
les couleurs me retracent,
donnant vie à mon âme
de bohème et de vent.
~
carOline D.
~

7 réflexions sur “Penn sardine

  1. Je deviens du bonheur, souffle-t-elle,
    quand le rêve me reprend.
    Quand couchées sur le bois
    les couleurs me retracent,
    donnant vie à mon âme
    de bohème et de vent.

  2. J’imagine que vous avez lu le très beau livre-témoignage-poème « A la ligne » de Joseph Ponthus qui vient de mourir d’un cancer à 42 ans. De la conserverie de poissons à l’abattoir dans la région de Lorient, où comment, sans ponctuation, métaphore de la vitesse de la chaîne, dire le quotidien de l’aliénation ouvrière.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s