~

Les drôlesses s’égaillaient dans la nature,

pareilles à des oiseaux, à même le sillon,

arrachant d’une soif irrépressible

les mauvaises herbes, les chardons.

Une glaise collante que l’on malaxe

sous les pieds en faisait un plaisir attachant.

~

La confession du soir à la badine

ne permettait pas toujours de tout dire.

Sous la capuche, elles durent sourire,

mais à la réflexion, prises de remords

comme soumises à un désir solitaire,

elles se forçaient à rire, à se tordre les mains.

~

Mirliton

~

La Rocheuse

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s