Cuisine

~

D’abord il semble nécessaire de prendre la mesure de la page,

du blanc vierge de toute trace,

Encore cadre limpide et néant muet.

Le sens du rectangle détermine des usages.

Qu’importe, tu pourras découper dans la feuille.

Les diagonales s’imposent et créent même un centre.

Ce point trop stratégique ne doit être qu’une fuite.

~

La mine large et souple ne marque pas encore,

Mais dans l’air, la main s’agite, imagine la trace,

caresse juste le grain et laisse un gris soupçon,

un treillis de lignes, mêlant dans un désordre actif

les courbes & l’arabesque qui font les corps.

~

Dans la fenêtre d’un cadre trop rectiligne

& par des zones d’ombre grise,

Brise le blanc étincelant du papier

pour donner l’illusion d’un relief, de l’épaisseur en plans.

Laisse apparaitre les formes qui s’y développent.

~

Souligne çà et là sans trop te décider sur la forme

Car l’expression des extrémités, des mouvements

doit aussi se trouver une place

Et à être trop séduit par un apparition,

Il se peut qu’ensuite on butte sur les détails,

que l’on gâte la figure en lui imposant sa vision.

~

Il est toujours difficile de capter cette légèreté,

Cette liberté du mouvement entrevu.

par nature, la forme est impalpable

Et doit rester telle un soupçon d’irréel

Où chacun reconnait son possible idéal.

~

Mirliton

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s