Au contraire d’Alberti,

pour qui le portrait doit « rendre les absents présents »,

Un visage imaginaire anticipe une présence.

Demain il trouvera peut être sa vraisemblance

Aujourd’hui trop tremblant pour être ressemblant,

Il n’est encore qu’ hypothétique  » ressemblable « .

L’idéal de la figure se superpose aux approximations.

À l’ovale, l’arrondi impose une douceur

habillé d’un rien , coiffé d’un volume de traits,

L’imprécis devient un mouvement,

Le naturel de l’attitude rend possible l’apparition.

 Mirliton (fait des réflexions!)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s