20160916-041308 PM.jpg

Les artisans du Désert modèlent encore dans la cire
Du nord du Nigeria, au Niger, au Cameroun, au Tchad,
ces bronzes des sables, ces figures Putchu guinadji qui
gardent la mémoire des cavaliers des empires
Sao, Kotoko du Tchad ou Sokoto du Nigeria
& rappellent aussi la peur de leurs razzias.

«Putchu guinadji», littéralement «cavalier contre la folie».
Les cavaliers portaient en talismans
des chevaux en bronze accrochés en ceinture.
Ils les protégeaient d’un acte de sorcellerie pouvant entraîner
la possession par des djinns ou des anomalies du comportement.

Bibliographie: Pr P. Peroni, «Putchu guinadji»,
2011, tribale primary art, p.216-238, p.280-284 4517/83

20160916-041443 PM.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s