20160804-022643 AM.jpg

Un coin en ruine, à l’abandon s’effrite,
Sa couleur délavée rouille, s’éteint lentement.
Tout autour, un silence en écoute
Meublé par des présences furtives.

La terre avale la pierre, remue aussi les angles
& les ferrures grippées ne se font plus entendre.
Elles se figent et oublient de faire penser
À l’amie qu’on ne sait plus attendre.

Les plantes pourtant s’accrochent et rampent.
Seules, peut être, à garder encore un souvenir
De l’échange de secrets en baisers clandestins;
Semblant se souvenir de rendez vous tout au bout du chemin.

Mirliton

Publicités

4 réflexions sur “Souvent revenir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s