20160729-052515 PM.jpg

De père en fils, les piqueux, dormant à même la paille,
Gardent la meute agitée par un rêve de lièvre.
Le fils s’éveille, à l’aube, la figure chiffonnée.

Trépignants d’impatience, les chiens crient,
Énervés à l’idée de lever le gibier,
De poursuivre par les sentes les bêtes aux abois.

Mirliton

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s