20150801-065128 PM.jpg

Alors qu’une salamandre, habituée au climat,
S’approche d’un foyer, se suffit d’une flamme.
La mandragore se plaint d’être poussée dehors,
Là, sur un terrain où jamais rien n’arrive
& s’exclame,s’étirant comme un nouveau né,
cambrée comme une flèche, pointant ses balconnets:
 » je regarde alentour, un monde sans pareil,
Où tout semble n’être que l’éclat du reflet
& Pourtant, aussi loin que mon regard se pose,
Je ne vois que dédain, que manœuvres, que fraudes
Sous réserve d’habiter de nobles causes. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s