20140922-125143 AM.jpg
1880-1890
Alors qu’au boulevard les calèches s’impatientent,
Elle soigne le plissé de sa robe,
Son corset sa cambrure.

L’allure nouvelle est à la course.
On se montre, on rit aux terrasses,
Profitant de l’air enfumé du temps.

Ne languit plus seule maintenant!
Mais reste aussi l’insaisissable,
Au passage, soit belle dans l’instant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s