20140922-125143 AM.jpg
1880-1890
Alors qu’au boulevard les calèches s’impatientent,
Elle soigne le plissé de sa robe,
Son corset sa cambrure.

L’allure nouvelle est à la course.
On se montre, on rit aux terrasses,
Profitant de l’air enfumé du temps.

Ne languit plus seule maintenant!
Mais reste aussi l’insaisissable,
Au passage, soit belle dans l’instant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s