20130729-191151.jpg

Aux dépouilles des bêtes,
Les ressorts donnaient respiration,
Chacun d’eux pouvait couiner à l’aise,
& les peaux semblaient vivre de l’air de cette chanson.

Bien sûr, la fable ne dit rien des fesses
Qui usaient & s’usaient sur les ronds.
Elle ne voulait penser qu’à l’effet de l’âge
Sur la nature des matériaux.

Du zèbre, au poil long et rêche
Ses rayures flamboyantes, savamment arrangées,
Faisaient vite décoration.
La taupe plus discrète & myope
Laissait à la lumière un effet sans sensation.

À la longue, du zèbre, les poils sont perdus,
L’animal oublié, loin de sa savane,
lentement se dessèche & ne restent que les os!
Le fouisseur à la dure sous la terre,
N’avait jamais d’accroc,
& longtemps son duvet conserva son manteau.

Moralité:
Chêne, garde toi de la rapide illusion,
Le roseau suit le vent & aime sa pression.

Mirliton

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s