20111214-163308.jpg
1889, les pas ferrés des chevaux répondent aux aboiements du chien
L’opéra, jamais loin, attend son heure.
Degas ou ses complices arriveront plus tard en calèches,
Ou même à pied, déambulant le long des boulevards, depuis la Trinité.
L’animation a la fièvre joyeuse,
L’air moderne est chargé de charbon & crottin.
Les cyclistes vont se risquer entre les bêtes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s