la frontière

 Lorsque l’envie  de pousser le quotidien nous vient:

il nous faut regarder du coté des frontières,

où tout serait permis,

où les pieds nus s’aèrent,

où l’on goûte sur la nappe

& alors, on suit l’aventure des  marées,

en rêvant,

le nez remplit d’embruns,

à ceux de l’autre rive.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s