Rendez-vous à l’orée du bois

rendez-vousLes images anciennes ne peuvent faire revivre les personnes que si celles-ci appartiennent,  encore, à la mémoire d’une famille.

Pourtant nous pouvons avoir le sentiment de la situation qui est en jeu,  l’histoire du moment.

Un peu comme lorsque l’on croise quelqu’un & que, d’un coup d’oeil, on pense savoir « ce qui se passe ».

Les figures du stylo

Aux égarés de la nuit,

Avant toute histoire, déjà les personnages sont en place. Une nuit noire les entoure. Est-ce l’inquiétude ou le souhait de se retrouver qui les animent ?

Quelques uns semblent se connaitre, d’autres s’ignorent, ou encore fatigués par leur propre errance, certains restent figés, assis & sont dans leurs pensées.

Que dire de cette fille à la poupée ? Elle traverse la nuit, fascinée par  son double & se rassure de n’être plus seule. Les élégantes, ailleurs, ont choisi les longues robes qui ne vivent que le soir ; elles tournent & se grisent de l’ampleur des mouvements, de ce ralenti de tissu qui les accompagnent. D’autres encore, déguisés, transformés en un autre, ont choisi le voile de l’ombre pour apparaitre.

La nuit est donc peuplée, vivante d’un carnaval de figures, mascarade & théâtre de peu de mots, de regards échangés.

Enfin, les derniers  s’articulent et se désarticulent dans la danse & s’affrontent. De loin, ils s’organisent en arc, en cercles, en rondes.   Jean Yves  BEAUJEAN

{VOIR LA CATÉGORIE :STYLO BIC }

étonné

Le temps de pose

sur un piédestalJ’ai toujours été étonné par le nombre de photos anciennes de chiens de famille. Les chiens de chasse ne sont pas photographiés. Les chats, eux, sont presque absents. Ces photos apparaissent dès le début de la photographie personnelle, sans doute, les photographies professionnelles étaient réservées aux évènements & ne pouvaient admettre le flou. Voilà pourquoi j’insiste sur le temps & le flou.