FLORE

Un soir de grande chaleur, le tangage doux & lancinant, sous le regard perfide des moustiques. Un tortillon sous les pieds pour les chasser & l’orchestre qui fait rien qu’à enchainer nos oreilles.
boJJi
Le quai roti sous le soleil blanc. Le ciel, une cruauté bleue. Une nouvelle gare, une nouvelle ville. Dissoute, l’impatience de mes débuts, je me suis glissé dans le rythme de ce pays. Il y a peu, des tonnes d’eau claquaient sur les terres rouges,, menaçaient d’avaler les collines. Cette colère liquide a été engloutie. Le monde neuf comme le sourire de l’ainée, de la scarifiée.
DéeSSe.

 

Publicités

Une réflexion sur “Clochette

  1. Oui, Jean-Yves, je peux ajouter mes mots…
    Bises
    D.

    « Le quai rôti sous le soleil blanc. Le ciel, une cruauté bleue. Une nouvelle gare, une nouvelle ville. Dissoute, l’impatience de mes débuts, je me suis glissé dans le rythme de ce pays. Il y a peu, des tonnes d’eau claquaient sur les terres rouges, menaçaient d’avaler les collines. Cette colère liquide a été engloutie. Le monde est neuf comme le sourire de l’aînée de la scarifiée ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s